Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité économique

Bateau de la police: un fiasco à près d'un million de francs

logo de Le Matin Le Matin 15.05.2018 Benjamin Pillard

Sur le lac de Neuchâtel, la police vaudoise ne navigue plus qu’à bord d’un zodiac. Sa vedette flambant neuve livrée par une société italienne est inutilisable…

Bateau de la police: un fiasco à près d'un million de francs © (Le Matin) Bateau de la police: un fiasco à près d'un million de francs

«Quand on m’a signalé cette affaire – qui est hors parti, et sans lien avec mon étude d’avocat, je suis juste tombé de ma chaise!» Président du PLR Vaud depuis un mois, le député Marc-Olivier Buffat interpellera ce jour le gouvernement cantonal sur un fiasco estimé pour l’heure à plus de 700 000 fr.

«Je trouve hallucinant que l’on soit parvenu – dans le cadre d’un marché public – à adjuger une entreprise complètement à côté de la plaque!» nous confie l’homme de loi. «Le résultat est catastrophique: un bateau a été commandé, livré, payé, et il est inutilisable.»

L’origine du naufrage remonte à 2014. La police cantonale neuchâteloise signe alors une convention avec ses homologues vaudois et fribourgeois afin que ces derniers se chargent d’assurer à sa place les contrôles des plaisanciers, ainsi qu’un service de piquet, sur l’ensemble du lac. À la même période, les autorités vaudoises constatent que leur vedette de sauvetage et d’intervention rapide basée au port d’Yverdon doit être remplacée. La nouvelle acquisition excédant le seuil des 350 000 fr., l’appel d’offres est ouvert à l’international. Selon les informations recueillies par Marc-Olivier Buffat, un constructeur du canton a fait part de son intérêt, de même qu’une société bernoise, ainsi que plusieurs soumissionnaires étrangers. Dont une entreprise napolitaine, qui remportera le précieux contrat soumis par le fonds des véhicules lourds du Département vaudois des infrastructures.

À quai depuis sa réception

«Le bateau a été payé 660 000 fr.», révèle Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale. Un montant duquel a été déduite la valeur de reprise de l’ancienne vedette, acheminée jusqu’à Naples.

Conséquence: depuis près de 18 mois, les patrouilles vaudoises remplissent leurs missions sur le lac de Neuchâtel à partir d’un modeste zodiac semi-rigide. «Ce n’est pas la solution idéale pour des recherches subaquatiques avec plongeurs et matériel», concède le porte-parole. Et de confirmer que l’embarcation est à quai depuis sa réception en décembre 2016.

Livré avec plus d’un an de retard, le nouveau bateau aurait d’abord failli prendre feu en raison de fuites d’essence. À en croire les premières conclusions d’un expert externe mandaté par le canton, la vedette italienne ne répondrait pas aux normes antipollution, ses soudures seraient non conformes, la coque deux fois trop mince, et les installations électriques défaillantes, jusqu’à générer des problèmes d’électrolyses (corrosion pouvant former des trous dans la structure navale). Les 200 000 fr. de remise en état consentis par les autorités n’y auraient rien changé.

«Nous pourrions envisager une procédure civile ou pénale pour tromperie volontaire», reprend le commissaire Sauterel. Tout en précisant qu’une enquête a également été ouverte au sein de l’Administration cantonale, afin de faire la lumière sur tout éventuel manquement lors de l’appel d’offres. Seule certitude: le constructeur napolitain avait été jugé fiable en dépit de son faible capital. Une Sàrl qui a entre-temps fait faillite.

Publicité
Publicité

Plus de Le Matin

image beaconimage beaconimage beacon