Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité économique

Comment les députés européens arrondissent grassement leurs fins de mois

logo de Capital Capital 10.07.2018 Marie Briand-Locu
Comment les députés européens arrondissent grassement leurs fins de moist © pixabay Comment les députés européens arrondissent grassement leurs fins de moist

Une étude de l'ONG Transparency International Europe parue ce mardi 10 juillet révèle que 31% des eurodéputés exercent une activité rémunératrice en dehors de leur fonction. Pour l'association, cette pratique risque de "créer des conflits d’intérêts". 

C'est un chiffre qui ne risque pas d'arranger l'image des parlementaires européens : 31% des eurodéputés auraient une activité rémunérée en dehors de leur mandat, selon une étude de l'ONG Transparency International Europe, publiée ce mardi 10 juillet. Car ses conclusions sont sans appel : ces pratiques risquent de « créer des conflits d'intérêts ».

Les auteurs de l'étude ont ainsi minutieusement passé au crible pas moins de 2000 déclarations d’intérêts. Sur 751 députés élus en 2014, 31% exercent une activité rémunérée autre que leur fonction publique. Une révélation qui passe mal au regard de leur salaire institutionnel… Ils sont pourtant rémunérés à hauteur de 8 484 euros bruts par mois. Une rémunération qui atteint même « entre 10 000 et 12 000 euros nets par mois », selon Daniel Freund, auteur de l'étude. La raison ? Les nombreuses indemnités de déplacements ou d'hébergement perçues par les eurodéputés….

D'après l'ONG, trente-cinq élus ont gagné « plus de 100 000 euros en plus de leurs salaires officiels d’élus » et « entre 10 et 31 élus ont gagné plus d’argent de leurs activités hors du Parlement que les compensations qu’ils ont obtenues des contribuables européens ».

Le haut du classement revient au social-démocrate italien Renato Soru. L'homme politique a perçu entre 1,547 million et 1,565 million d'euros entre le début de sa mandature en 2014 et le 3 juillet 2018, en tant que directeur de Tiscali, fournisseur d'accès à Internet. En deuxième position, le conservateur lituanien Antanas Cuoga le suit de près, avec ses 1,35 million engrangé grâce à son métier d'entrepreneur mais aussi… à ses talents de joueur de poker. Suivi en troisième position par le belge Guy Verhofstadt avec 920 614 euros empochés en tant qu'administrateur de la société de gestion belge Sofina. 

Publicité
Publicité

Plus d'info : Capital.fr

image beaconimage beaconimage beacon