En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

0L'actualité économique

Ces critères qui jouent dans l'attribution d'une augmentation

logo de BFM Business BFM Business 14.09.2017 C.C.
© Fournis par BFMNews

35% des cadres pensent qu'ils auront une augmentation cette année, selon une étude de l'Apec. Pourtant, tous n'ont pas les mêmes chances: la taille de l'entreprise, le poste occupé ou encore l'âge joueront ou non en leur faveur.

Une économie qui redémarre, des entreprises qui embauchent de plus en plus, les cadres se montrent optimistes sur leur avenir et leurs perspectives de rémunération. 45% d'entre eux prévoient ainsi de demander une augmentation au cours de l'année, selon l'enquête sur la rémunération des cadres réalisée par l'Apec (1). Ils sont 35% à penser voir une évolution positive de leur salaire, qu'ils aient ou non demandé une augmentation. Pour estimer leurs chances d'arriver à leurs fins, ils peuvent toujours comparer leur situation à celle des cadres ayant obtenu une augmentation l'année dernière. L'Apec s'est en effet penchée sur le sujet. Voici les critères et les cas de figures qui maximisent les chances de décrocher le graal:

L'âge

Plus les cadres sont jeunes, plus ils ont de chances de bénéficier d'une augmentation. 56% des moins de 30 ans ont vu leur salaire revalorisé l'année dernière sans avoir changé de poste. Ils sont 52% dans la tranche des 30 à 39 ans. Mais seulement 33% des plus de 50 ans ont vu leur fiche de paye bouger. Les entreprises accordent en effet beaucoup moins d'augmentations individuelles à leurs collaborateurs les plus âgés au profit des plus jeunes, aux salaires plus faibles.   

Le sexe

Les hommes sont avantagés. 44% des hommes n'ayant pas changé de job ont bénéficié d'une augmentation l'année dernière. Les femmes ne sont que 41%. Ce qui contribue à creuser l'écart de rémunération entre les deux sexes au fil des ans.

La taille de l'entreprise

Les entreprises employant plus de 1000 salariés sont les plus généreuses. 46% de leurs cadres ont vu leur rémunération (fixe plus variable) augmenter. Ceux travaillant dans un groupe dont les effectifs sont compris entre 250 et 999 salariés sont également privilégies: 44% ont eu une augmentation. Les petites entreprises (1 à 19 salariés) n'ont augmenté que 29% de leurs cadres qui n'ont pas connu de mobilité. Ce sont les augmentations individuelles qui sont les plus courantes, quelle que soit la taille de l'entreprise.

Les responsabilités

Les responsabilités managériales permettent d'obtenir plus facilement une hausse de sa rémunération. Cette dernière est beaucoup plus importante si l'équipe est composée de cadres. Ainsi, 37% des cadres managers d’une équipe composée de salariés non cadres ont été augmentés en 2016 contre 50% des cadres responsables d’équipes comportant au moins 7 cadres.

Occuper un poste avec une dimension internationale est aussi un atout pour obtenir plus facilement une augmentation. 51% des cadres travaillant dans un environnement international ont bénéficié d’une augmentation en 2016. Ceux qui effectuent des déplacements à l'étranger ont encore plus de chances: 53% de cette catégorie de cadres ont gagné davantage en 2016 que l'année précédente.

Une mutation en interne

61% des cadres ayant changé de poste au sein de leur entreprise ont vu leur rémunération révisée à la hausse. Si cette mobilité en interne est une promotion hiérarchique, le taux des cadres augmentés grimpe à 81%. Si le nouveau poste comporte plus de responsabilités, ils sont alors 61% à recevoir un meilleur salaire.  

Un changement d'entreprise

56% des cadres ayant changé d'employeur ont vu leur rémunération augmenter en 2016. Pour que cette opération soit positive financièrement, il faut avoir trouvé ce nouveau job en étant toujours en poste: 66% des cadres dans cette situation ont été augmentés. Parmi ceux qui étaient au chômage lorsqu'ils ont été recrutés, seulement 38% ont pu décrocher un meilleur salaire que le dernier obtenu. Ce sont les moins de 30 ans qui tirent le plus de bénéfices du changement: 75% ont obtenu un meilleur salaire en décrochant un nouveau job alors qu'ils étaient en poste et 70% quand ils étaient au chômage. 

(1) Étude réalisée auprès de 14.000 cadres du secteur privé en avril 2017.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFM Business

image beaconimage beaconimage beacon