Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité économique

Le logiciel de recrutement d'Amazon n'aimait pas les femmes

logo de Le FigaroLe Figaro il y a 5 jours AFP agence, Mathilde Golla

Le géant du commerce en ligne avait confié la sélection de ses prochains collaborateurs à un algorithme. Problème, le robot a systématiquement écarté les candidatures féminines.

figarofr © Bebeto Matthews/AP figarofr

L'expérience avait tourné au sexisme, Amazon y a mis un terme. En 2014, le géant du commerce en ligne avait mis au point un logiciel pour procéder à ses recrutements avant de se rendre compte, trois ans plus tard, que celui-ci faisait de la discrimination contre les femmes! Le programme, développé dans le plus grand secret, était basé sur l'intelligence artificielle (IA).

En principe, il devait examiner le curriculum vitae des candidats afin d'automatiser le processus de recrutement en attribuant une note d'une à cinq étoiles selon les profils pour les postes de développeur de logiciel et d'autres postes techniques. Mais en s'appuyant sur l'historique d'Amazon qui reçoit quasi exclusivement des CV masculins depuis 10 ans, reflet de la prédominance des hommes dans le secteur des nouvelles technologies, le système en était venu à déduire que les candidats masculins pour ces postes étaient préférables. Ce qui l'amenait à rejeter les candidatures où figuraient des mots laissant entendre que la candidature était féminine comme la mention «capitaine de club d'échecs féminin» inscrite dans les loisirs du candidat. Le système aurait aussi abaissé les notes de deux candidates diplômées d'universités n'accueillant que des femmes.

Les limites de l'intelligence artificielle

.«Tout le monde voulait ce Saint Graal», a déclaré à Reuters l'une des cinq sources ayant rapporté l'information. «Ils voulaient littéralement que ce soit un moteur dans lequel on mette 100 CV et les cinq meilleurs ressortiraient en vue de leur recrutement», ajoute-t-il.. Après avoir tenté de rectifier les critères de sélection, le géant du commerce en ligne a finalement dissous l'équipe au début de l'année dernière, les dirigeants ayant perdu tout espoir sur le projet.

Amazon se veut rassurant et affirme que les conseils de la machine n'ont jamais été mis en application pour les recrutements dans le groupe. Cet échec témoigne néanmoins des limites de l'intelligence artificielle. D'autre fiasco en la matière ont d'ailleurs suivi: après plusieurs semaines d'expérimentation, l'assistante virtuelle en ressources humaines, Vera mis au point par une start-up n'a pas donné satisfaction à L'Oréal ou Ikea.

Pour éviter les dérives une PME française prône des méthodes de recrutement qui ont fait leurs preuves: donner sa chance aux profils atypiques et à l'expérience....Une solution somme toute frappée du bon sens!

Publicité
Publicité

Plus d'info: le figaro.fr

image beaconimage beaconimage beacon