Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité économique

OGM non approuvés: Syngenta verse 1,5 milliard

logo de 24 heures 24 heures 14.03.2018
OGM non approuvés: Syngenta verse 1,5 milliard © (ats) OGM non approuvés: Syngenta verse 1,5 milliard

Le groupe agrochimique bâlois avait vendu du maïs OGM encore non autorisé en Chine. Un accord a été conclu avec des acteurs du monde agricole.

Syngenta a accepté de payer 1,51 milliard de dollars (1,43 milliard de francs) à des acteurs du monde agricole américains. Ce versement vise à solder des poursuites liées à la vente par le groupe agrochimique bâlois de maïs OGM encore non autorisé en Chine.

Conclu en septembre, l'accord a été finalisé fin février et présenté lundi pour validation devant un tribunal du Kansas, a précisé dans un communiqué Seeger Weiss, l'un des cabinets en charge des négociations entre l'entreprise et les plaignants.

Ces derniers reprochaient à Syngenta d'avoir fourni aux agriculteurs américains des souches de maïs modifié - Agrisure Viptera puis Agrisure Duracade - que Pékin n'avait pas encore approuvé.

Quand les autorités chinoises ont refusé des cargaisons de maïs produit aux Etats-Unis et contenant ces souches, les prix de la céréale ont chuté. Les plaignants réclamaient des dédommagements pour cette perte financière. L'accord prévoit que la somme déboursée par Syngenta soit répartie entre des agriculteurs, des opérateurs de silos à grain et des usines de production d'éthanol.

Autre accord confidentiel

Il s'agit, selon des avocats des plaignants, du plus gros accord financier conclu dans le monde agricole. Il «ne constitue pas une reconnaissance» des mérites de l'une ou l'autre des parties, a souligné un porte-parole du groupe dans un courriel à l'afp.

Dans cette même affaire, un jury américain avait ordonné en 2017 à Syngenta de verser 217,7 millions de dollars à plus de 7000 agriculteurs du Kansas. Le groupe agrochimique a aussi conclu un accord, confidentiel, avec la maison de négoce de matières premières Archer Daniels Midland et «va continuer à se défendre face aux plaintes d'autres exportateurs de céréales», a précisé son porte-parole.

Publicité
Publicité

Plus de 24 heures

image beaconimage beaconimage beacon