Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Sous-marins: Naval Group et l'Australie signent un partenariat stratégique

logo de Le FigaroLe Figaro 11.02.2019 Véronique Guillermard

L'accord signé donne le coup d'envoi de la coopération franco-australienne dans les sous-marins pour les cinquante ans à venir.

figarofr: Naval Group livrera à partir de 2023 douze sous-marins (ici, une vue d'artiste) dérivés du Barracuda français à la marine australienne. © Naval Group Naval Group livrera à partir de 2023 douze sous-marins (ici, une vue d'artiste) dérivés du Barracuda français à la marine australienne.

C'est très tôt ce matin, vers 3 heures, que le contrat du siècle dans les sous-marins, gagné par la France en 2016, est devenu irréversible. Hervé Guillou, PDG de Naval Group, le vainqueur de l'appel d'offres international, a signé avec le gouvernement australien un accord de partenariat stratégique (SPA) qui donne le coup d'envoi d'une coopération d'un demi-siècle dans l'industrie des sous-marins. L'accord historique a été signé, à Canberra, en présence de Florence Parly, la ministre des Armées, qui a fait le déplacement sur place, ainsi que du premier ministre et du ministre de la défense australien.

«Il s'agit du plus important contrat jamais signé par l'Australie et du plus gros contrat jamais notifié en Europe en matière de défense», souligne Jean-Michel Billig, directeur exécutif du programme australien. Ce contrat cadre fixe «les règles du jeu» et décrit les engagements de Naval Group et de l'Australie. Ce document a nécessité dix-huit mois de discussions depuis le choix de Naval Group en avril 2016.

Premier contrat de design de 1,5 milliard d'euros

Le français, leader européen du naval de défense, avait gagné la compétition pour fournir à l'Australie 12 sous-marins océaniques, dérivés du Barracuda français, dans le cadre d'un transfert de technologie visant à doter l'Australie d'une capacité souveraine dans ce domaine. Le contrat, d'une valeur de 50 milliards de dollars australiens (31,2 milliards d'euros), comporte la conception en France puis la fabrication en Australie de 12 sous-marins dans un nouveau chantier naval ultramoderne qui sera érigé à Adélaïde.

Naval Group doit signer dans quelques jours un premier contrat de design, qui donne le coup d'envoi du programme en tant que tel. D'une valeur de 1,5 milliard d'euros sur quatre ans, il ouvre la période de conception du «Barracuda australien». Selon le calendrier prévu, la construction du premier bateau doit commencer en 2023 dans la perspective d'une livraison dix ans plus tard.

De son côté, l'américain Lockheed Martin qui fournira les systèmes de combat, a ouvert une consultation pour choisir le futur fournisseur des sonars. Le français Thales est sur les rangs.



AUSSI SUR MSN : Sous-marin disparu : l'armée part à sa recherche 50 ans après

Relire la vidéo

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info: le figaro.fr

image beaconimage beaconimage beacon