Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité économique

Une brouille met le 2e cirque de Suisse en faillite

logo de Le Matin Le Matin 12.07.2018 Pascal Schmuck
Une brouille met le 2e cirque de Suisse en faillite © (Le Matin) Une brouille met le 2e cirque de Suisse en faillite

La société Circus Royal Betriebs GmbH ne passera peut-être pas l'hiver. En cause: la séparation entre son propriétaire et son directeur, qui étaient en couple.

Le rideau se lève sur la procédure de faillite du Circus Royal, le deuxième plus grand du pays. Le directeur Oliver Skreinig en a donné mercredi la raison lors d'une conférence de presse. «Je me suis séparé de mon partenaire, le propriétaire Peter Gasser, à l'hiver», comme le rapporte le Blick.

Circus Royal Betriebs GmbH, basée à Lipperswil (TG) et contrôlée par Peter Gasser, fait ainsi les frais d'une querelle de coeur. Oliver Skreinig ne sait toutefois pas qui a démarré la procédure de liquidation, qu'il a lui-même découverte la veille à la lecture d'un extrait du registre du commerce du canton de Thurgovie.

Inconnue sur les chiffres

Oliver Skreinig explique que la santé de Peter Gasser, 61 ans, s'est nettement dégradée et qu'il est donc «normal de laisser tomber certaines choses». Il affirme ne rien savoir de la situation financière du cirque, bien qu'il en possède 50% des parts. «Les affaires d'un cirque, ce sont des hauts et des bas constants», a-t-il déclaré, minimisant la procédure de faillite.

Oliver Skreinig s'inquiète de voir le nom «Circus Royal» disparaître mais il assure que la tournée actuelle sera menée à son terme. «Les 80 collaborateurs seront payés à temps et les animaux ne manqueront pas de fourrage.» Les billets vendus sont toujours valables.

Une nouvelle entreprise

Des recherches montrent qu' à peine deux semaines avant le lancement de la procédure de faillite, le directeur a déjà fondé une nouvelle entreprise: Circus Royal GmbH. Interpellé par le Blickpour savoir s'il s'agissait d'une tentative de priver les créanciers de leur argent, Oliver Skreinig défend sa bonne foi. «C'était prévu de longue date» et l'opération n'a donc rien à voir avec les circonstances actuelles, affirme-t-il.

Le cirque est en tournée 10 mois par an et donne en moyenne 350 représentations, auxquelles assistent environ 450 spectateurs, selon ses propres chiffres. L'assistance était toutefois nettement plus clairsemée lors de la représentation mercredi après-midi à Affoltern am Albis (ZH).

Publicité
Publicité

Plus de Le Matin

image beaconimage beaconimage beacon