Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Lifestyle FR-BE

Quand la «tendance» des cheveux blancs devient libératrice

logo de Terrafemina Terrafemina il y a 5 jours Pauline Machado
Les cheveux blancs : de la tendance au mouvement © Getty Images Les cheveux blancs : de la tendance au mouvement

Depuis quelques années, beaucoup de femmes laissent leurs cheveux blancs prendre le dessus. Une "tendance" aux allures de mouvement libérateur.

On voit de plus en plus de femmes, connues ou non, arrêter de se colorer les cheveux quand ils virent au blanc, au gris, au poivre et sel. Certaines teignent le reste de leurs mèches de la même nuance que leurs pousses naturelles pour adoucir la transition, d'autres attendent simplement que le temps fasse son boulot, et arborent leurs racines au quotidien.

Il y a même un mot qui définit cette couleur : être "blande". Une jolie expression qui reste en tête et sur la tête. Les médias et les réseaux sociaux aussi, s'enflamment à la vue de cette nouvelle "tendance" (à l'instar de grombre, le compte Instagram qui célèbre le gris). Et on comprend pourquoi : c'est beau.

Sauf qu'on ne peut pas vraiment la qualifier ainsi. Car si la crinière argentée, aussi élégante soit-elle, séduit une foule d'adeptes qui grandit de saison en saison, il s'agit pourtant moins d'une mode que des effets de l'âge, de la vie qui suit son chemin. Qui peuvent aussi se manifester plus tôt que prévu mais qui ne sont en aucun cas synonyme d'une péremption sociétale.

On a longtemps demandé aux femmes de cacher leurs cheveux blancs, leur "blandeur". Les femmes elles-mêmes, d'ailleurs, étaient les premières critiques parfois brutales de ces cheveux plus épais et plus clairs qui annonçaient l'arrêt de la synthèse de la mélanine - et donc la plupart du temps, le vieillissement.

Surtout, on a longtemps fait comprendre aux femmes qu'il fallait choisir entre rester jeune ou disparaître. On leur a demandé de se bourrer d'anti-rides, de botox, et d'user de toutes les astuces possibles et inimaginables pour camoufler ces signes de vie sur leur visage.

"Ne pas faire son âge" est devenu le plus beau compliment que l'on puisse entendre. Pourtant, c'est justement en faisant son âge que l'on s'épanouit. Il paraîtrait même que c'est entre 40 et 50 ans que l'on vit le mieux sa sexualité, que l'on se sent le mieux dans sa peau.

“Happy Monday 🤗 I love Mel Robbins definition of confidence as a willingness to try! And when you take action and see the results it builds that confidence for the next scary goal you have to achieve. . .⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ 🌪I was VERY scared to go gray! When my Silver crown came in it took me awhile to get used to but now I see it and I smile and some things you really won’t know until you try! . . ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ 🌪I applaud all the Silver newbies on the grombre journey who have a small inch of new growth or are halfway there! Keep going you got this💪🏽Be so proud you were willing to try at embracing who you want to be; uniquely YOU” @naturally_graysful #grombre #gogrombre

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre) le

Alors aujourd'hui, quand on voit le défilé de "blandes" qui envahit Internet, les rues et les magazines, au-delà d'applaudir la tendance et son style incontestable, on se réjouit surtout de voir toutes ces femmes qui font leur âge, et qui en sont fières. N'en déplaise à Yann Moix.

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Terrafemina

image beaconimage beaconimage beacon