Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Quels aliments manger et éviter pour maximiser sa fertilité ?

logo de Terrafemina Terrafemina 15.04.2018

Vous avez décidé de faire un bébé et vous voulez maximiser vos chances de tomber enceinte ? Voici les aliments à privilégier et ceux à éviter pour booster sa fertilité.

Une grossesse peut mettre du temps à arriver et devenir une source d'inquiétude, disputes, dépression et autres joyeusetés. Les professionnels affirment qu'en général 80 % des femmes tombent enceinte dans un délai de six mois et que 15 % des couples connaissent un problème d'infertilité en France. Pas de quoi paniquer pour autant.

Selon la doctoresse américaine Bindiya Gandhi, il suffit parfois de quelques bonnes habitudes alimentaires pour faciliter les choses. "Les régimes riches en acides gras saturés contiennent des aliments dépourvus de nutriments essentiels, de minéraux et de vitamines, ce qui rend la conception naturelle plus difficile. En revanche, le régime méditerranéen anti-inflammatoire augmente les chances des femmes de concevoir naturellement et par FIV. La clé, c'est d'avoir suffisamment de protéines, de gras et de glucides sains tout en limitant l'excès de sucres et d'aliments transformés. "

Gare au gras ? Pas forcément !

Alors que l'on conseille presque systématiquement des régimes pauvres en matières grasses, des études ont prouvé que les femmes consommant des produits laitiers entiers étaient plus fertiles que celles qui consommaient des produits laitiers non gras ou écrémés. Les laitages entiers favoriseraient une certaine protection contre l'infertilité ovulatoire. Quant aux graisses en général, pas de paranoïa. Il suffit de privilégier les gras polyinsaturés (de type oméga-3 et oméga-6) que l'on trouve dans certains poissons gras comme le saumon et dans de nombreuses graines (lin, noix, colza).

Le point sur les protéines

Selon l'experte, consommer quotidiennement des aliments comme les haricots, les noix et les légumineux, ainsi que du poisson et des oeufs n'aurait aucun impact négatif sur la fertilité. Ce qui n'est pas le cas de la viande rouge et des volailles, par exemple, qu'elle conseille de limiter. Dans tous les cas, elle recommande fortement de ne consommer que des aliments issus de l'agriculture biologique, de préférer les oeufs de poules élevées en plein air et la viande d'animaux nourris à l'herbe.

Vous n'êtes pas fan de légumes ?

Manger des légumes à chaque repas assure au corps des vitamines et minéraux essentiels, mais si vous avez du mal avec la plâtrée de brocolis à la vapeur, des petits stratagèmes existent. Ajoutez des légumes à votre salade ou à vos gratins, glissez une carotte dans votre smoothie, découpez quelques champignons et cuisinez-les dans une omelette. Le but, c'est que vous ayez chaque jour un apport suffisant pour éviter toute carence et éviter, de fait, le steak-frites pauvres en vitamines !

Le casse-tête des fibres

Pour Bindiya Gandhi, l'une des plus grosses difficultés consiste à enrichir son alimentation en fibres tout en limitant les aliments à indice glycémique élevé. "Les aliments riches en fibres aident à stabiliser sa glycémie et à maintenir un poids santé, en prévenant les pics d'insuline et les déséquilibres hormonaux comme c'est le cas, par exemple pour les personnes atteintes de syndrome des ovaires polykystiques."

Soignez votre microbiome

"Avoir un microbiome sain dans le tractus gastro-intestinal et le vagin est impératif pour la fertilité", prévient l'experte. En gros et pour faire simple, mangez des aliments fermentés ! Kombucha, miso, choucroute, tempeh, yaourts entiers... Ils diminuent les chances d'infections vaginales et aident à maintenir le système immunitaire de votre intestin.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Terrafemina

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon