Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Pour réduire les risques de maladie cardiovasculaire, remplacez la viande rouge par des plantes

logo de Cover Media Cover Media 11.04.2019 covermg.com
a bowl of salad: Pour réduire les risques de maladie cardiovasculaire, remplacez la viande rouge par des plantes © Provided by Cover Media Ltd Pour réduire les risques de maladie cardiovasculaire, remplacez la viande rouge par des plantes

Remplacer la viande rouge par des protéines végétales réduit de façon significative les risques de maladies cardiaques. C'est ce que démontre une étude menée par des chercheurs de la Harvard T.H. Chan School of Public Health, ainsi que de la Purdue University. Ils ont conduit des essais durant lesquels des participants abandonnaient la viande rouge et mangeaient du poulet, du poisson ou des nourritures riches en protéines venant de plantes, telles que les légumes, le soja ou les noix. Sur les 1.803 participants, ceux qui avaient un régime à base de plantes voyaient leurs niveaux de lipoprotéine à basse-densité (le « mauvais cholestérol ») baisser.

Marta Guasch-Ferre, un chercheur de l'université de Harvard qui a mené l'étude, explique que consommer les protéines végétales plutôt que de viande rouge pourrait réduire le risque de problèmes cardiovasculaires. « De précédentes recherches venant d'essais à l'aveugle pour évaluer les effets de la viande rouge sur les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires étaient inconsistantes. Mais notre nouvelle étude, qui fait des comparaisons spécifiques entre les régimes riches en viande rouge et ceux riches en d'autres types de nourriture, montre que substituer la viande rouge amène un changement favorable dans les facteurs de risques cardiovasculaires », explique-t-il.

Cependant, l'équipe de Harvard a découvert qu'il n'y avait aucune réduction des autres facteurs de risque, tels que la pression sanguine, ou le cholestérol global. Ce qui prouve qu'il ne suffit pas d'arrêter simplement la viande rouge. Il faut aussi la remplacer par quelque chose de sain. « Si on remplace les burgers par des cookies ou des frites, on ne sera pas en meilleure santé. Si on la remplace par une source de protéines saine, comme les noix, ou les haricots, là on voit la différence », explique le professeur d'épidémiologie Meir Stampfer.

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon