Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les 12 plus grosses tricheries du sport

logo de PhotosPhotos 24.06.2017

1. Un grand maître des échecs triche aux toilettes
Il allait un peu trop souvent aux toilettes, et on s’est posé des questions... Gaioz Nigalidze, un grand maître d’échecs, a été accusé de tricherie pendant l’Open de Dubaï pour s’être servi de l’appli d’échecs sur son smartphone, qu’il avait dissimulé.
Ce champion géorgien risque une interdiction de jeu de 15 ans et a ajouté son nom à la liste des plus grands tricheurs de l’histoire. Sur cette liste, on trouve aussi Lance Armstrong, Ben Johnson, Diego Maradona et bien d’autres… Découvrez les autres tricheries les plus ridicules de l’histoire !

© Missouri Historical Society/AP Photo

2. Le marathon de Fred Lorz
En 1904, c’est la ville de Saint Louis aux États-Unis qui accueillait l’exposition internationale. Mais si on se souvient de cette année-là, c’est surtout pour le fameux marathon des Jeux Olympiques. Le célèbre coureur Fred Lorz remporte le marathon, bien avant tous les autres. Il a célébré sa victoire jusqu’à ce qu’on apprenne qu’il avait parcouru 17 kilomètres en voiture ! Il a plus tard dit que ce n’était qu’une blague… que les autres coureurs n’ont pas dû trouver très drôle !

© AP Photo

3. Dora Ratjen n’était pas une femme
Il s’agit peut-être de la tricherie la plus ridicule de l’histoire des Jeux Olympiques. En 1936, Berlin a de bonnes chances de remporter une médaille au saut en hauteur féminin avec l’arrivée de Dora Ratjen. Mais il s’avère que Dora s’appelle en fait… Hermann ! C’est un athlète masculin membre des jeunesses hitlériennes qui cache son sexe et laisse pousser ses cheveux afin de passer pour une femme. Mais malgré ses efforts, Hermann arrive quatrième, après trois concurrentes honnêtes qui ont remporté les médailles d’or, d’argent et de bronze.

© Allsport UK/Allsport/Getty Images

4. L’épée trafiquée de Boris Onischenko
Encore un scandale lors d’une épreuve olympique : en 1976, Boris Onischenko se fait éliminer du pentathlon moderne à cause de son épée douteuse lors de l’épreuve d’escrime. L’officier de l’armée soviétique avait trafiqué son épée pour qu’elle s’allume au contact de son pouce, trichant ainsi sur le décompte de touches de son adversaire. La duperie a vie été découverte et Onischenko, en plus de se faire éliminer des Jeux Olympiques, s’est fait renvoyer de l’armée ! 

© AP Photo

5. Le petit… tout petit marathon de Rosie Ruiz
Encore un classique ! Les tricheries étaient courantes avant que les coureurs n'intègrent des traqueurs à leurs chaussures pour confirmer leur temps. En 1980, Rosie Ruiz avait remporté le marathon de Boston en 2 heures et 31 minutes, éclatant ainsi le record de course féminin. Mais après les célébrations et les adulations, on a découvert de Rosie avait pris le métro et était sortie à une station située à deux kilomètres à peine de la ligne d’arrivée. Sa tricherie était si audacieuse que les juges, énervés d’avoir été dupé, ont beaucoup renforcé la vigilance dans les marathons du monde entier. 

© Steve Helber/AP Photo

6. David Robertson avançait un peu vite sur le green
L’ancien champion de golf écossais est rentré dans les annales des plus grands tricheurs lorsqu’on a remarqué qu’il trichait ouvertement à chaque match. Les doutes avaient commencé avant, mais c’est au British Open en 1985 que le joueur s’est finalement fait prendre : il avançait systématiquement la balle sur le green en allant marquer l’emplacement. On a appris plus tard qu’il faisait ça depuis des années. David Robertson a reçu une amande de 20 000 £ (27 800 €) et une interdiction de jouer de 20 ans, infligées par le PGA European Tour. Il a continué de jouer en amateur. 

© Leslie Hodges/AP Photo

7. La course trop rapide de Sylvester Carmouche
C’est en 1990 que Sylvester Carmouche devient l’un des plus célèbres jockeys du monde, mais pas pour la bonne raison… C’était à l’hippodrome Delta Downs en Louisiane, lors d’une course à 23 contre 1 que Carmouche, en voyant qu’il prenait du retard, décide de faire un tour de moins que les autres… Et oui, le brouillard était si épais que le jockey s’est arrêté sur le champ de course et a attendu que les autres chevaux fassent un tour de plus pour ensuite repartir en tête. Il a été acclamé de tous les côtés pour sa grande victoire, jusqu’à ce qu’on apprenne la tricherie. Les juges lui ont interdit de concourir pendant dix ans et il a écopé d’une réputation de tricheur. Carmouche a quand-même repris la course avant la fin de la décennie. 

© Rick Rycroft/AP Photo

8. La fausse équipe paralympique espagnole
Aux Jeux paralympiques de 2000, l’équipe espagnole, après avoir été acclamée pour sa victoire, est rentrée de Sydney dans la honte la plus totale : plusieurs des joueurs n’avaient en fait aucun handicap, physique ou mental ! Une supercherie pour le moins étrange, car elle ne risquait pas de durer. Le pire était sans doute l’équipe de basket masculine d’handicapés mentaux qui ne contenait presque pas un seul handicapé… autant dire que ça n’a fait rire personne. 

© Chris Gardner/AP Photo

9. Le problème d’âge de Danny Almonte 
Danny Almonte était devenu l’un des grands noms de la Ligue junior de baseball à la suite d’un match exemplaire en 2001, diffusé à la télévision américaine. Un match qui l’avait élevé au rang de future star de la MLB (Ligue majeure de baseball). Mais le petit héros n’était finalement pas si petit que ça : sa réputation a volé en éclats lorsque les officiels de République Dominicaine ont révélé qu’il avait 14 ans. Le père de Danny Almonte, qui était aussi son coach, avait menti sur l’âge de son fils et l’avait fait jouer contre des jeunes de 12 ans. 

© Tony Marshall/EMPICS Sport

10. La fausse blessure de Rivaldo
Diego Maradona et Thierry Henry sont de si bons joueurs de football que même les simulations de douleurs qu’ils ont pu faire au cours de leur carrière n’ont pas terni leur réputation. Mais pour Rivaldo, c’était autre chose, et son image souffre depuis la Coupe du monde 2002, où il a fait semblant d’être blessé. Touché à la jambe par un ballon envoyé par le joueur turc Hakan Unsal, Rivaldo est tombé à terre et s’est pris la tête en hurlant à l’agonie. Unsal a donc été renvoyé sur le banc et n’a pas pu continuer de jouer. Mais les caméras du stade ont par la suite révélé que la blessure était inexistante et Rivaldo s’est vu infliger une amende de 7200 €. Plus tard, Rivaldo a révélé qu’il ne regrettait pas du tout son action.

© Danny Moloshok/AP Photo

11. Les gants d’Antonio Margarito
Trafiquer ses gants a toujours été la tricherie suprême en boxe, et Antonio Margarito avait opté pour une méthode de la vieille école pour son combat contre Shane Mosley en 2009. Un examen des bandages de Margarito a révélé qu’ils étaient couverts de plâtre, qui a durci au cours du match. Ses coups étaient donc beaucoup plus puissants et Shane Mosley en a souffert. On a d’abord accusé l’entraîneur de Margarito, Javier Capetillo, mais ce sont les deux hommes qui ont été suspendus. Depuis cette époque, la défaite de Miguel Cotto l’année précédente est entourée de soupçons. 

© Jan Kruger/Getty Images

12. Le marathon suspect de Jason Scotland-Williams
L’esprit olympique c’est installé à Londres en 2012, mais pas chez tout le monde. Lors du marathon cette année-là, un coureur a à nouveau prouvé de quoi on est capable pour éviter de parcourir les 42 kilomètres. Jason Scotland-Williams, 34 ans, a franchi la ligne d’arrivée en 3 heures et 8 minutes, une durée très crédible qui a pourtant attiré beaucoup de suspicion malgré ses airs innocents. Après examen, les juges ont décrété qu’il avait soit couru lentement et sauté une barrière, soit dépassé Mo Farah pendant la deuxième moitié de la course puis ralenti. Le fait que Jason avait couru ce marathon en 7 heures l’année précédente n’était pas en sa faveur. La plupart des gens l’ont accusé de tricherie et il a été surnommé Faux Farah. 

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon