Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Coupe du Monde 2018 – Bleus / Paul Pogba : « Il faut bien finir et faire péter la France »

logo de Football 365 Football 365 12.07.2018 Rémi Farge

Encore très marqué par la défaite contre le Portugal à l’Euro 2016, Paul Pogba a insisté sur l’importance de ne pas répéter les mêmes erreurs dimanche contre la Croatie. En conférence de presse, le milieu de terrain est aussi revenu sur son évolution sur et en dehors du terrain.

Paul Pogba © Media 365 Paul Pogba

Paul Pogba, quel souvenir gardez-vous de l’Euro 2016 et quelles leçons en tirer au moment d’aborder cette finale de Coupe du Monde ? On est arrivé tellement loin qu’on ne peut pas perdre cette finale. Je veux passer de bonnes vacances et celles qui avaient suivi la finale contre le Portugal n’étaient pas bien du tout. Je connais le goût de la défaite et c’est vraiment très amer. On ne peut pas aborder cette finale comme à l’Euro. Il faut bien finir, avec le sourire, faire péter la France ! J’ai vu des photos et des vidéos de ce qu’il s’y passe, et on veut revivre ça. Qu’est-ce qui avait manqué à l’époque ? On pensait que c’était déjà fait. La mentalité n’était pas pareille. Quand on a gagné contre l’Allemagne, on pensait qu’on avait gagné la finale. Avec le parcours du Portugal, on s’est dit que c’était gagné d’avance. Cette fois on est tous concentré, on ne veut pas refaire la même erreur. Il n’y a pas de message à passer, il faut juste être concentré. Comment faire pour éviter de tomber dans le piège avec cette étiquette de favori ? On n’y pense pas. Les Croates ont fait un match très sérieux contre l’Angleterre. Ils sont très forts mentalement, ils ne lâchent jamais. Ils ont 90 minutes en plus, je ne sais pas si c’est un désavantage, mais ils sont très déterminés. Il y a deux équipes et une coupe. On reste comme on est. On garde ce qu’on a lu en début de compétition : l’équipe qui a des doutes, l’équipe qui ne joue pas ensemble. On n’a encore rien fait, on veut aller chercher quelque chose.

Pogba : « Grizou ça rime avec Zizou »

Pour la Croatie, il y aura un air de revanche vingt ans après la défaite en demi-finale. Qu’en pensez-vous ? Les Croates n’ont pas d’étoile et ils en veulent une. Ils ont fait un très beau parcours et veulent la victoire. Comme nous. L’étoile est sur le maillot mais ce n’est pas la mienne. Ce sera une finale de Coupe du Monde, ce sera un match très difficile. Allez-vous mettre en place un plan anti-Modric ? Il n’y a pas que Modric. Il y a aussi Rakitic, Perisic, et même des défenseurs très costauds. Il n’y aura pas de plan anti-Modric. On devra faire en sorte que les Croates ne soient pas en forme, qu’on puisse bloquer leur meilleur joueur, leur meilleur plan d’attaque. Le plus important c’est de remporter le match. Comment Antoine Griezmann a-t-il évolué depuis deux ans ? Cela fait trois ans qu’il progresse. Il fait un gros travail dans cette Coupe du Monde, très peu d’attaquants seraient capables de faire ce sacrifice. Mais ça lui fait plaisir. Et il arrive quand même à être décisif. C’est le Grizou qu’on aime et qu’on veut voir. Grizou ça rime avec Zizou. Grizou est un grand, Zidane est une légende. Tous les Français l’aiment, il est marrant, et j’espère qu’il pourra marquer dans cette finale. Mais il sera déjà content si on la gagne. Samuel Umtiti nous a parlé de remise en question à votre sujet… Avec l’âge tu prends de la maturité. Une deuxième Coupe du Monde c’est aussi différent de la première. On a un groupe et un système qui fait qu’on ne peut pas être comme en club. On défend vraiment bien ensemble, c’est un plaisir de le faire. On a trouvé cet équilibre avec tout le monde, avec NG (Kanté) aussi, avec Blaise (Matuidi) et Kylian (Mbappé) sur les côtés. C’est venu tout seul.

Pogba : « Je veux gagner cette Coupe du Monde, je fais des sacrifices »

Les critiques vous ont-elles encouragé à défendre davantage ? Je n’ai jamais écouté les critiques, ça n’a jamais été un moteur. J’avais parlé avant cette Coupe du Monde, j’avais dit des choses qu’on prenait mal, et aujourd’hui on le prend bien. Je veux gagner cette Coupe du Monde, et pour cela je fais des sacrifices. Je suis prêt à défendre, je ne suis pas aussi fort que N’Golo (Kanté) pour ça mais je le fais. Même Antoine (Griezmann) me parle de mon positionnement sur le terrain et ça m’aide. Si je grandis aujourd’hui c’est aussi grâce au groupe, grâce au coach. Les critiques, même si je ne les écoute pas, elles m’aident aussi à avancer. C’est un challenge pour moi. On ne vous reproche plus les mêmes choses depuis un mois, trouvez-vous que le regard change sur vous ? Je pense, oui. On ne me parle plus de marquer des buts, d’être décisif. Je fais mon travail de milieu, je défends. On me juge davantage sur mon rôle de milieu. Dans tous les cas, quand on gagne, c’est autre chose. Contre l’Italie j’ai été critiqué alors que je faisais la même chose. J’entends des choses positives aujourd’hui. Même Grizou a été critiqué sur les premiers matchs parce qu’il ne marquait pas. Mais quand tu le vois défendre, tu entends des compliments… Après le match on vous voit saluer vos partenaires un par un, vous faites redescendre tout le monde du nuage pour basculer sur la finale. Finalement, c’est vous le patron ? Je ne sais pas si c’est ça un patron, mais en tout cas je veux gagner la coupe, je ne veux pas crier victoire trop vite. On était content, mais c’est vrai que ce n’est pas fini. Il reste une grande marche. Je parle beaucoup avec le coach, ça se fait naturellement. On est tous des patrons, on a tous le même objectif qui est de gagner. Si pour ce faire, je peux aider les plus jeunes en leur parlant je le ferai. Avec N’Golo Kanté, vous êtes très différents. Lui est très réservé, vous plus exubérant. Que vous dites-vous ? NG a toujours été très réservé, très calme et très timide. Sauf quand il joue aux cartes (rires). On s’entend très bien. On se parle, on se conseille. On a une relation assez spéciale. Vous le voyez réservé, mais il est très moqueur et très tricheur. Non, c’est un mec en or, très attachant.

Pogba : « Il y a plein de couleurs mais on se sent tous français »

Kylian Mbappé vous impressionne-t-il encore ? Surtout à son âge… Il va louper des matchs, parfois il ne marquera pas. Il va grandir et apprendre de ses erreurs. Ne soyez pas trop dur avec lui, même si je sais que vous le serez. Il est jeune, on le sait, il le sait, mais sur le terrain personne n’est jeune. Vouloir être le meilleur, vouloir gagner des trophées, ce n’est pas de la prétention. Il a le droit d’avoir de l’ambition. C’est bien. Il a le talent pour. Il va encore grandir, prendre en expérience, mais il est tellement en avance… On sent des remplaçants pleinement impliqués malgré un onze qui ne tourne pas. C’est très important ? On n’a pas un groupe, on a une famille. Regardez Coco (Tolisso), Steven (Nzonzi), tous les entrants ont apporté quelque chose. Je n’ai vu personne fâché dans son coin. Quand tu vois ça, c’est un plaisir d’être avec eux, de jouer pour eux, de se battre pour eux. Ils font vraiment partie de l’équipe. Je peux juste leur tirer mon chapeau, je suis très content d’avoir un groupe de partenaires qui ne lâchent pas, qui ont toujours le sourire. La diversité culturelle de ce groupe, est-ce l’une de ses forces ? C’est ça la France. Quand je vous regarde (les journalistes), il y a beaucoup d’origines. C’est ce qui fait la beauté de la France aujourd’hui. Il y a plein de couleurs mais on se sent tous français, on est heureux de porter ce maillot. Je suis très heureux d’avoir grandi en France et d’avoir cette culture en moi même si je suis parti très tôt. La France est belle et c’est comme ça qu’on l’aimera toujours. Propos recueillis par R.F., à Istra 

AUSSI SUR MSN : Coupe du Monde 2018 : l'émouvant message de Paul Pogba après la victoire des Bleus

Relire la vidéo
Publicité
Publicité

Plus de Football 365

image beaconimage beaconimage beacon