Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité du sport Suisse

«Cela permet au moins de parler de Servette!»

logo de Le Matin Le Matin 11.01.2019 N.JR

La réponse d’un concurrent faisant du club «grenat» la capitale du Valais dans un jeu télévisé enflamme les réseaux sociaux. Boss du FC Sion, Christian Constantin s’incline, donnant même à moitié raison au candidat.

Christian Constantin: «Pendant des années, Genève a toujours été considérée comme la capitale du Valais. Nous les Valaisans, on a toujours eu besoin de Genève pour vivre.» © Keystone Christian Constantin: «Pendant des années, Genève a toujours été considérée comme la capitale du Valais. Nous les Valaisans, on a toujours eu besoin de Genève pour vivre.»

Servette «catapulté» capitale du Valais lors d’un jeu télévisé en Espagne, il n’en fallait pas plus pour que la réponse du candidat au jeu «Pasapalabra», diffusé sur la chaîne privée «Tele Cinco», n’enflamme les réseaux sociaux, réveillant du même coup l’historique rivalité entre Genève et Sion.

A Balexert, la séquence, repérée sur la toile par Daniel Blanco, l’entraîneur espagnol des portiers «grenat», a bien évidemment fait sourire dans le vestiaire du leader de Challenge League. «C’est vrai que l’on s’est bien marré en découvrant cette séquence», s’amuse Alain Geiger.

Pour le… Valaisan du bout du lac, le désormais très célèbre Francisco José Gonzalez Arias, un étudiant en virologie, a peut-être été influencé par une vidéo virale mettant en scène une lumineuse action du SFC lors de la victoire 3-0 contre Schaffhouse le 5 novembre passé, un mouvement collectif inspiré du tiki-taka pratiqué par le Barça. «Peut-être s’est-il souvenu de cette vidéo qui avait fait le buzz au moment de répondre», imagine le coach de la Praille.

Suite à ce formidable coup de publicité, Servette a choisi de remercier son auteur par l’envoi d’un maillot accompagné d’une boîte chocolat. Ancien maire de la cité de Calvin, Manuel Tornare va encore plus loin. «Il mérite la médaille 'Genève reconnaissante'...», suggère ainsi l’actuel conseiller national socialiste sur la twittosphère.

La théorie olympique

Face au transfert de la capitale valaisanne au bout du lac Léman (de Genève?), Christian Constantin s’incline bien volontiers. «Cela permet au moins de parler de Servette!», s’exclame le boss du FC Sion, avant de donner en partie raison au malheureux candidat. «Pendant des années, Genève a toujours été considérée comme la capitale du Valais. Nous les Valaisans, on a toujours eu besoin de Genève pour vivre.»

Pas question, au demeurant, de rétablir la vérité cartographique en invitant l’infortuné candidat, un habitant d’Oviedo, dans les Asturies, à réviser sa géographie du jeu des capitales cantonales au pied de Tourbillon. «Si je dois m’occuper de tous les incultes qu’il y a dans le monde, le Valais ne serait pas assez grand pour les accueillir», reprend, hilare, Constantin, conscient toutefois, et plus sérieusement, du problème de fond soulevé par un simple jeu diffusé à plusieurs centaines de kilomètres.

«C’est la preuve que l’on n’est pas aussi connu qu’on pense l’être, observe-t-il. Dans ma théorie olympique, les JO aurait permis de montrer que Sion et le Valais existent sur la carte du monde…»

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus de Le Matin

image beaconimage beaconimage beacon