Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité du sport Suisse

PSG: Pourquoi les Sud-Américains en veulent à Cavani

logo de RMC Sport RMC Sport 13.01.2018 Loïc Tanzi
Thiago Silva et Edinson Cavani © AFP Thiago Silva et Edinson Cavani

La sortie de Thiago Silva mercredi à Amiens traduit l'énervement des Sud-Américains face au passe-droit que s'est offert Cavani. 

Si les deux jours de vacances supplémentaires que s'est offert Edinson Cavani ne coûtent rien au PSG sur le plan sportif, puisque le club de la capitale s'est qualifiée dans les deux coupes face à Rennes dimanche et Amiens mercredi, ils pourraient coûter cher en interne.

En témoignent les deux sorties vindicatives de Thiago Silva en zone mixte après le match. "Cavani va devoir regagner sa place", avait-il lâché dimanche, un avertissement noyé dans un flot de phrases plus compréhensives. 

Pour être sûr que le message passe bien, le Brésilien en a remis une couche dans les couloirs du stade le la Licorne à Amiens: "On doit penser avant de faire des gestes comme ça. Ce n’était pas bon pour tout le monde." Un rappel à l'ordre sévère, plus sévère que ce qu'avait dit Emery en conférence de presse la veille, mais qui traduit l’état d’esprit des Sud-Américains au Paris Saint-Germain. Ces derniers en veulent à l’Uruguayen après son retard. Car en plus de ne pas respecter les règles du club, celui a mis à mal un engagement pris par ses coéquipiers.

Un délai avait pourtant été négocié avec le PSG

À l’origine, début décembre, les Sud-Américains ont, de manière collégiale, demandé au club de pouvoir rentrer plus tard de vacances, pour pouvoir passer le nouvel an en famille. À l’origine, la reprise était prévue le 2 janvier. Après quelques négociations, les deux parties se sont  entendus sur une reprise le 3 janvier, étirée à l’ensemble du groupe par le PSG. Edinson Cavani était alors d’accord. Mais il est finalement rentré le 5.

Au sein du vestiaire parisien, cela ne passe pas, selon nos informations. Ce retard est alors pris par certains comme un manque de respect et une possible punition pour l’ensemble du groupe. Que dira le PSG la prochaine fois que les joueurs feront une telle demande? C’est le sens des propos de Thiago Silva mercredi. Pour Javier Pastore, la situation est tout autre. Les joueurs comprennent ce "coup de pression" de l’Argentin qui souhaite quitter le club alors que Paris s’y refuse. Le Vestiaire a conscience que la situation de Pastore l’a poussé à agir de la sorte. Ce qui n’est pas le cas d’Edinson Cavani.

Publicité
Publicité

Plus d'info: RMC Sport

image beaconimage beaconimage beacon