Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité du sport Suisse

Un défenseur franco-tunisien à l’essai à Xamax

logo de Le Matin Le Matin 10.08.2018

Selim Ben Djemia (29 ans) a quelques jours pour convaincre Michel Decastel et son staff de l’engager. Les Neuchâtelois affrontent Thoune samedi, avec la ferme volonté de s'imposer.

Un défenseur franco-tunisien à l’essai à Xamax © Fournis par Le Matin Un défenseur franco-tunisien à l’essai à Xamax

Neuchâtel Xamax FCS reçoit Thoune samedi à 19h pour un match qui doit être celui du rebond après la défaite à Sion (3-0). «Ceux qui pensent qu’il s’agit d’un match entre deux candidats au maintien ont raison. On n’a pas d’autre objectif que de rester en Super League», sourit Michel Decastel. L’entraîneur neuchâtelois a analysé la défaite à Sion en compagnie de son équipe. A chaud, après le match, le coach avait pointé du doigt les «erreurs individuelles» de ses joueurs. A froid, le constat reste le même, mais il a été complété par une analyse plus globale.

«Si on en a pris trois à Tourbillon, ce n’est pas uniquement à cause de nos erreurs individuelles, a ainsi expliqué Charles-André Doudin. En équipe, on était moins costaud que face à Lucerne ou Bâle. On doit faire mieux, mais il n’y a a pas de panique dans l’équipe. On doit s’habituer à perdre, ce qui n’était pas le cas les années précédentes. On doit être conscient qu’il y a des week-ends qui seront plus difficiles que d’autres.»

Gaëtan Karlen de retour

Xamax va donc devoir réagir ce samedi face à une équipe de Thoune dont Michel Decastel se méfie énormément, surtout offensivement. «Avec Marvin Spielmann à gauche, Grégory Karlen au centre, Matteo Tosetti à droite et Dejan Sorgic en pointe, ils possèdent un quatuor de devant rapide et dangereux. Et en plus, le synthétique ne sera pas un avantage pour nous, vu qu’ils jouent aussi dessus toute l’année. Et c’est une équipe qui joue bien au ballon. Il faudra être attentif, compact, discipliné», prévient le coach xamaxien, qui ne sait pas très bien à quoi s’attendre en termes de tactique de la part de son adversaire. «Je ne sais pas s’ils vont nous attendre ou nous presser à mi-terrain, voire plus haut. Ils ont pris quand même pas mal de buts récemment… mais à Saint-Gall, ils se sont créés pas mal d’occasions. Il est difficile de dire dans quel état d’esprit ils vont arriver samedi.»

Par rapport au match face à Sion, Xamax récupère Gaëtan Karlen. «Il a recommencé à courir gentiment lundi, puis il a effectué la séance à part mardi. Et mercredi, il a repris complètement avec nous. Il avait très envie de jouer contre Sion, il était déçu. Là, il est opérationnel», informe Michel Decastel au sujet de son avant-centre, qui pourrait retrouver sa place dans le 4-4-2 en vigueur lors des deux premiers matches. Gaëtan Karlen devrait donc affronter son frère Grégory, qui sera très vraisemblablement titulaire au poste de meneur de jeu au FCT.

Igor Djuric a été opéré

En ce qui concerne le dossier chaud d’un défenseur central, espéré le plus vite possible, Michel Decastel avait une bonne nouvelle à communiquer ce vendredi: l’arrivée à Neuchâtel d’un candidat sérieux, le Franco-Tunisien Selim Ben Djemia.

Âgé de 29 ans et international tunisien (quatre sélections), ce gaucher s’était engagé pour cinq ans à la Genoa en 2008. Il a ensuite enchaîné les prêts en Italie (Padova, Frosinone), en France (Red Star) et en Roumanie (Petrolul Ploiesti et Astra Giurgiu). Il a ensuite joué à Laval, au CS Sfax (Tunisie), au Vereya Stara Zagora (première division bulgare) et en début d’année 2018 à Lamia (13e du dernier championnat de Grèce). «Il s’est entraîné avec nous ce vendredi, on va le tester jusqu’à la semaine prochaine», explique Michel Decastel.

A noter qu’Igor Djuric a été opéré de sa lourde blessure aux ligaments croisés. «Tout s’est bien passé, il est de retour, il est venu nous voir ce matin. Il peut déjà plier sa jambe à 90 degrés. Lorsque je me suis fait la même blessure en 1983, j’ai eu le plâtre pendant six mois», sourit Michel Decastel.

Publicité
Publicité

Plus de Le Matin

image beaconimage beaconimage beacon