Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité du sport Suisse

Meuwly: «Pour Lea, le retour de Ryzhykova ne change rien»

logo de 24 heures 24 heures 10.08.2018 Pascal Bornand

Meilleur chrono des demi-finales, l’Ukrainienne a pointé son nez après deux saisons blanches. Le coach de Lea Sprunger ne s’alarme pas.

Meuwly: «Pour Lea, le retour de Ryzhykova ne change rien» © (24 heures) Meuwly: «Pour Lea, le retour de Ryzhykova ne change rien»

C’est une revenante mais pas une inconnue au bataillon. Mercredi, l’Ukrainienne Anna Ryzhykova (28 ans) a signé en 54’’82 le meilleur chrono des demi-finales du 400m haies. Mieux que Lea Sprunger (55’’04). Du coup, la Nyonnaise se coltinera une rivale supplémentaire ce vendredi dans la course au titre (20 h 30).

Pour Laurent Meuwly, son coach, il n’y a pas péril en la demeure, même si Anna Yaroshchuk (son nom de jeune fille) a déjà connu les honneurs d’un podium européen (3e en 2012 à Helsinki) et possède un record personnel (54’’35) très proche de celui de sa protégée (54’’29). Mais depuis, l’athlète ukrainienne a connu deux saisons blanches en raison d’une blessure.

- Avec le retour d’Anna Ryzhykova, la configuration de la finale change-t-elle pour Lea?

Non, pas vraiment. Ce n’est pas parce qu’une nouvelle adversaire pointe son nez que Lea doit modifier ses batteries. Elle doit rester concentrée sur sa course et, pour éviter toute mauvaise surprise, produire la course parfaite. Elle sait ce qu’elle à faire. Si elle ne commet pas d’erreur, si elle s’approche des 54 bas comme elle en a les moyens, je vois mal qui pourrait l’empêcher de gagner. En demi-finale, elle a nettement relâché son effort après le passage de la huitième haie. Elle a de la marge.

- L’Ukrainienne, vous la connaissiez?

Oui, j’en avais parlé avec Lea. J’avais un œil sur elle. Mais jusque-là, son retour à la compétition s’était plutôt révélé discret. Désormais, on sait ce qu’elle vaut. Elle a une grande expérience, sa taille lui permet de courir un peu comme Lea, en 14 foulées, puis en 15 et en 16. Après sa performance en demi-finale, j’imagine qu’elle sera hypermotivée.

- Selon vous, quel sera le scénario de cette finale?

J’imagine que les Anglaises Eilidh Doyle et Meghan Beesley vont partir comme des boulets de canon. C’est leur habitude. Elles risquent d’entrer en tête dans la dernière ligne droite. Il faudra que Lea ne perde pas les pédales. Idéalement, elle a intérêt à se monter plus offensive en début de course que lors de sa demi-finale et à ne pas se laisser endormir par le faux rythme de l’Italienne Pedroso, qui s’élancera juste devant elle.

- Ce vendredi, comment Lea se préparera-t-elle?

Tranquillement, sans bouleverser ses habitudes. Juste de la récupération. Jeudi, après sa course, elle m’a dit que ses jambes n’étaient pas fatiguées. C’est bon signe.

Publicité
Publicité

Plus de 24 heures

image beaconimage beaconimage beacon