Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité du sport Suisse

Stan Wawrinka sort d'un véritable traquenard

logo de Le Matin Le Matin il y a 5 jours Blaise Craviolini

Stan Wawrinka a assuré l'essentiel dans l'Ohio. Mais que d'émotions! © AFP Stan Wawrinka a assuré l'essentiel dans l'Ohio. Mais que d'émotions!
Au 1er tour du Masters 1000 de Cincinnati, le Vaudois a battu le Bulgare Dimitrov au tie-break du set décisif. Il aurait dû forcer son destin avant.

Après Roland-Garros fin mai et Montréal début août, Stan Wawrinka (34 ans/ATP 23) retrouvait pour la troisième fois de l’année, qui plus est en quelques semaines, Grigor Dimitrov (28 ans/ATP 74), son adversaire «favori» du moment, sa «victime» privilégiée. Mais cette fois à Cincinnati, pour le compte des 32es de finale de ce Masters 1000 doté de 6,1 millions de dollars et disputé sur surface dure extérieure.

Le Vaudois avait, à chaque fois, remporté le duel sans lâcher le moindre set, au terme notamment de trois tie-breaks mémorables à «Roland». Le scénario observé sur la terre ocre parisienne puis sur le dur québécois ne s’est cependant pas répété mardi dans l’Ohio. «Stan The Man» a encore battu le Bulgare, mais en lui laissant un set et en connaissant quelques frayeurs qu’il aurait pu - dû - éviter.

Et maintenant, Andrey Rublev

Vainqueur 5-7 6-4 7-6 (4) en deux heures et demie d’un match complètement fou, Stan Wawrinka a été contraint de sortir le grand jeu pour obtenir le droit de défier en 16es de finale le qualifié russe Andrey Rublev (21 ans/ATP 70), vainqueur surprise mardi du Géorgien Nikoloz Basilashvili (27 ans/ATP 17), tête de série numéro 15.

Une seule balle de break a été répertoriée lors du set initial. Elle a été convertie par Grigor Dimitrov au meilleur moment pour lui. Entendez par là à 6-5 en sa faveur et 30-40 dans ce maudit douzième jeu pour Stan Wawrinka. Frustrant, très frustrant!

Changement radical de physionomie au deuxième set. Souverain jusque-là sur sa mise en jeu, le Bulgare n’a pas tenu la cadence, «offrant» - après plusieurs avertissements sans frais – le break au Suisse dans le sixième jeu. Rédhibitoire pour lui. Et voilà le protégé de Magnus Norman et Yannick Fattebert, vainqueur 6-4 du set, totalement relancé.

Fort de son avantage psychologique, Stan Wawrinka tenait son os. De solide, il est même devenu irrésistible pour se détacher 5-2, double break à l’appui et service à suivre. Il menait même 40-15, deux balles de match dans son escarcelle. La rencontre était pliée…

C’était sans compter sur la baisse de régime du Suisse et - selon le principe des vases communicants bien connu des tennismen - sur l’incroyable sursaut d’orgueil de Grigor Dimitrov, auteur, le dos au mur, de coups venus de «nulle part». Le Bulgare a gommé deux breaks pour revenir à 5-5, puis un troisième à 5-6 pour arracher - terme choisi - un hypothétique tie-break.

Un final d'anthologie

Wawrinka restait donc, à Paris, sur trois jeux décisifs conclus à son avantage face au Bulgare. Il a sans nul doute dû s’en souvenir… Toujours est-il qu’il s’est sorti de ce traquenard en dominant 7-4 ce tie-break d’anthologie.

Le triple vainqueur en Grand Chelem a alterné le (très) moyen, le bon et l’excellent mardi à Cincinnati. Il a eu le mérite de ne pas sombrer après la perte – mortifiante – du premier set et après avoir servi vainement à trois reprises pour le match. A deux semaines de l’US Open, ce genre de succès ne peut que le conforter dans sa confiance. Et surtout dans ses convictions.

Publicité
Publicité

Plus de Le Matin

image beaconimage beaconimage beacon