En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Freehand Los Angeles, l’auberge de jeunesse en version cool et 5 étoiles

Logo de AD Magazine Par Thomas Jean Par AD Magazine | Diapositive 1 sur 5: Il est loin le temps où Downtown Los Angeles (DTLA dit-on ici) faisait frémir les Angelenos bon teint. Au diable les bureaux tristounes, les bars à hôtesses louches et les buildings années 20 en ruine, la « ville-basse » de la capitale californienne n'est (presque) plus que galeries d'art et hôtels in, le Ace et le Standard en tête, et va devoir compter sur un nouvel arrivant plus cool encore, le Freehand, dont l'esprit « auberge de jeunesse lookée » nous redonnerait presque goût aux lits superposés. Car oui, dans cet édifice imposant de 1924, soigneusement ripoliné, on trouve une cinquantaine de « chambres partagées ». Mais rien à voir avec le sinistre dortoir berlinois où vous descendiez jadis entre potes pour fêter votre bac. Au Freehand, les lits, joliment bordés de couvertures à motifs amérindiens, s'empilent sur des sommiers en bois verni.

Freehand Los Angeles, l'auberge de jeunesse en version cool et 5 étoiles

Il est loin le temps où Downtown Los Angeles (DTLA dit-on ici) faisait frémir les Angelenos bon teint. Au diable les bureaux tristounes, les bars à hôtesses louches et les buildings années 20 en ruine, la « ville-basse » de la capitale californienne n'est (presque) plus que galeries d'art et hôtels in, le Ace et le Standard en tête, et va devoir compter sur un nouvel arrivant plus cool encore, le Freehand, dont l'esprit « auberge de jeunesse lookée » nous redonnerait presque goût aux lits superposés. Car oui, dans cet édifice imposant de 1924, soigneusement ripoliné, on trouve une cinquantaine de « chambres partagées ». Mais rien à voir avec le sinistre dortoir berlinois où vous descendiez jadis entre potes pour fêter votre bac. Au Freehand, les lits, joliment bordés de couvertures à motifs amérindiens, s'empilent sur des sommiers en bois verni.
© AD Magazine
Publicité

Plus d'info : AD

image beaconimage beaconimage beacon