En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Marrakech : la perle du sud

logo de ParisMatch ParisMatch 06.05.2017 Paris Match
Marrakech : la perle du sud © Saad Alimi Marrakech : la perle du sud

Norya Ayron 

Des matières et des couleurs

Sa boutique mezzanine, installée au coeur des souks et nichée au premier étage du restaurant Le Jardin, attire les foules et les stars: Sharon Stone, Monica Bellucci, Isabelle Adjani, Kate Moss, Juliette Binoche, etc. Cette styliste d'origine algérienne revisite depuis quatre ans gandouras, djellabas, abayas, sarouals, kimonos et pochettes aux couleurs vives et aux motifs ethniques. Norya Ayron a même osé la djellaba léopard! «Trois mois après l'ouverture de mon magasin, j'ai croisé Sharon Stone par hasard à La Mamounia. Elle a flashé sur mon pantalon et, cinq minutes plus tard, elle était dans ma boutique», explique celle qui mise tout sur le tissu et les séries limitées. norya-ayron.com

Marrakech © Paris Match Marrakech Riad Olema © Saad Alami

Nichée au pied des montagnes de l'Atlas, Marrakech joue de ses couleurs, de ses sons et de ses fragrances. Au silence des riads cachés derrière les hauts murs de pisé contraste le grouillement des souks et de la place Djema'a el-Fna. Tels ses charmeurs de serpent, la ville ocre envoûte les voyageurs en quête d'authenticité, d'arômes et de nuances. Le terminal flambant neuf de l'aéroport Marrakech-Menara vient d'être classé quatrième des plus beaux aéroports du monde! Sa coupole en verre majestueuse invite au voyage. L'édifice, qui peut accueillir jusqu'à 9 millions de visiteurs par an , répond aux normes environnementales et a développé un système de récupération des eaux de pluie. Déjà, en novembre 2016 avec la Cop22, la ville s'était engagée contre le dérèglement climatique.

L'Hivernage avec l'éternelle Mamounia, Guéliz, Sidi Ghanem, la Médina, Bad Doukkala, la place des Ferblantiers, le Mellah..., à chaque quartier son histoire et ses ambiances. Yves Saint Laurent avait choisi celui de Majorelle. Il aimait répéter que sa ville de coeur était «sa source d'inspiration inépuisable». En octobre prochain, un musée portant son nom ouvrira ses portes. Dans le quartier Majorelle... forcément !

Lire aussi.Maroc : l

Spa The Source © Paris Match Spa The Source Spa The Source © Saad Alami

Riad Olema L'art du détail

Sa propriétaire, Alexandra, a préféré la ville ocre à sa Bretagne natale. Situé à dix minutes à pied de la place Djema'a el-Fna, le riad Olema & Spa est au centre du quartier Bad Doukkala, entre ville moderne et ancienne. Depuis quatorze ans, Alexandra arpente les dédales des souks et c'est au gré de ses escapades que cette passionnée du détail a chiné toute la décoration de ses riads. «J'adore m'asseoir sur un tabouret et regarder les artisans travailler le fer, la sculpture sur bois ou le cuir... Ce sont des orfèvres hors pair depuis des générations. Le rituel du thé à la menthe est un exemple merveilleux de l'hospitalité marocaine. On ne vous servira jamais le même car il y a mille et une façons de le parfumer avec des plantes et des épices. On concocte le thé avec le coeur.» Pour accueillir ses hôtes, Alexandra propose une cuisine authentique: oeufs beldi provenant de la ferme voisine et tanjia au poulet et citron confit cuit selon la tradition. «A l'origine, la tanjia était exclusivement confectionnée par les hommes. Ils la préparaient dans une amphore, puis elle était cuite sur les braises dans le four du hammam.» De 130 à 290 Euros la nuit. riadolema-spa.com

Balade insolite

Un carnet de route personnalisé selon vos envies. Embarquez en side-car et échappez-vous sur la route de l'Ourika ou découvrez Addi ou Addi, une des demeures les plus anciennes de la palmeraie. Depuis 1927, elle a accueilli des personnalités comme Churchill. Vous pouvez marcher sur les pas de ses hôtes en privitisant ce lieu unique. marrakechinsiders.com contact@addi-ou-addi.com

Spa The Source Ondes musicales

Sur la route de l'Ourika, l'hôtel The Source propose 14 chambres dédiées à la musique. Son spa aussi ! Naïki Lutz se sert de la résonance des instruments en écho sur la peau pour libérer les émotions. Clochettes, carillon, bâton de pluie, triangle... pour un voyage zen.

Nuit à la russe

Le Raspoutine s'exporte à Marrakech. Après Rome, le légendaire cabaret russe, symbole de la nuit parisienne, s'installe dans le quartier de l'Hivernage. Coursives, alcôves en velours rouge et lustres majestueux , le décor reste le même.

Spa The Source © Paris Match Spa The Source The Source © Saad Alami

The Source Gastronomie côté jardin

Si Marrakech est la ville des palmiers dattiers, elle s'impose comme le temple de la gastronomie: curcuma, safran, paprika, badiane, coriandre, cumin, gingembre... La magie des épices parfume les plats. Le ras el-hanout peut en mélanger jusqu'à 40. Et, ici on ose les combinaisons salé-sucré à base de miel, dattes et figues pour des tajines déclinés au gré des inspirations. La cuisine marocaine repose sur l'art de la table, à commencer par les poteries berbères et les verres à thé au dessin épuré. Mais ses saveurs passent aussi par l'art du jardin.

Depuis quelques années, un passionné a décidé de créer des passerelles entre les champs et l'assiette. Valentin Green, cet enfant des Batignolles, a étudié au potager du Roi, à Versailles, avant de prendre, il y a sept ans, un billet sans retour pour le Maroc. «Je suis tombé amoureux des jardins aux mille et une couleurs, un laboratoire à ciel ouvert.» A l'hôtel The Source, le paysagiste travaille main dans la main avec le chef. «Mes jardins prennent des allures de potager bio. Au Maroc, vous trouverez toujours une fontaine dans les jardins. La grande tendance, c'est d'avoir son potager et son verger, explique Valentin Green. La cuisine marocaine est un concentré de saveurs. Comme un jardin, les mets d'ici attirent votre curiosité pour vous raconter une histoire.» A partir de 260 Euros la nuit. thesourcemarrakech.com

Al Fassia, une affaire de femmes

Il s'impose depuis vingt-cinq ans comme la référence. Ce petit restaurant de Guéliz met à l'honneur la ville : salades, soupe traditionnelle, tajines, couscous, pastilla de pigeon, kebab... Aux fourneaux comme en salle, seules les femmes sont aux commandes. alfassia.com

Le Baromètre © Paris Match Le Baromètre Le baromètre © Saad Alami

Héritage berbère : un parfum d'enfance

Des senteurs d'oud, de fleur d'oranger, de jasmin, d'ambre, de santal... «Au Maroc, le parfum est un art du quotidien. Un concentré de fragrances envoûtantes », confie Marie-Jeanne Combredet. Née à Casablanca, elle a passé son enfance aux Etats-Unis, en Suisse et en France. En 2008, elle revient aux sources et créé Héritage Berbère, une ligne de parfums inspirée du Maroc et de ses habitants : «J'ai une admiration pour le peuple berbère car ce sont des gens chaleureux et de parole.» Son dernier concept : la confection d'un parfum sur mesure. La boutique vient de prendre ses quartiers dans la zone industrielle de Sidi Ghanem, devenue un lieu incontournable où fleurissent aujourd'hui les ateliers de créateurs. heritageberbere.com

Lire aussi.Maroc: Marrakech express

Le baromètre Misters cocktail

Ils ont combiné leurs talents pour ouvrir le premier bar de Marrakech exclusivement dédié à la mixologie. Le Baromètre, qui revêt des allures de distillerie, s'impose comme une petite révolution dans le quartier très en vogue de Guéliz. Hamza et Soufiane mélangent les arômes pour des combinaisons étonnantes: mojito aux fruits rouges et hibiscus, vodka au géranium, cocktail Rosée du matin sur un lit de fleurs ou Souvenir d'enfance à la sauce beurre caramel. Côté menu, les épices et les plantes agrémentent les plats signatures du chef, sans oublier les incontournables : le riz à la verveine et la purée de tomates au romarin. «Nous avons grandi à Marrakech, raconte Soufiane. Ensuite, mon frère a fait une école d'hôtellerie à Marbella et moi, je suis allé étudier la finance à Paris. De retour au pays, on voulait créer un endroit original. Marrakech est une ville dynamique où les initiatives ne manquent pas.» 

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Parismatch

image beaconimage beaconimage beacon