En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Salvador Dalí aurait-il eu une fille secrète dans les années 1950 ?

logo de L’Obs L’Obs 28/06/2017 L'Obs avec AFP

La dépouille du peintre surréaliste va être exhumée, près de 30 ans après sa mort.

Le corps du peintre va être exhumé, près de trente ans après sa mort. © Copyright 2017, L'Obs Le corps du peintre va être exhumé, près de trente ans après sa mort.

La justice espagnole a annoncé lundi 26 juin avoir ordonné, presque 30 ans après sa mort, l'exhumation des restes du peintre Salvador Dalí en vue d'un prélèvement d'ADN.

Pilar Abel, une voyante de 61 ans habitant Gérone, en Espagne, assure être sa fille, et tente depuis des années de faire valoir sa filiation devant la justice. Si elle obtient gain de cause, elle serait la seule fille de l'artiste.

Une liaison secrète ?

Née en 1956 dans une clinique de Figueras, Pilar Abel soutient que Dalí et sa mère ont entretenu une liaison clandestine, quand cette dernière travaillait dans la petite localité côtière de Port Lligat où le peintre séjournait souvent.

Dans un témoignage confus diffusé en mars 2015 à la télévision catalane TV3, elle assurait que quand elle avait huit ans, sa grand-mère lui avait confié : "Je sais que tu n'es pas la fille de mon fils, je sais que ton père est un grand peintre." "Elle m'avait dit le nom : Dalí", affirmait-elle.

Sa mère, "amoureuse de Dalí", lui aurait confirmé cette histoire avant d'être atteinte de démence sénile.

Des "restes osseux ou dents"

Dalí a été enterré en 1989 à l'âge de 84 ans à Figueras où il est né en 1904 - comme Pilar Abel. L'exhumation permettra de prélever des échantillons d'ADN du peintre, "restes osseux ou dents", peut-on lire dans la décision judiciaire datée du 20 juin. Elle est nécessaire "car il n'existe pas d'autres restes biologiques ni personnels pour effectuer une comparaison".

Les parties ont 20 jours ouvrables pour contester la décision et la Fondation Salvador Dalí, qui gère et protège le patrimoine laissé par le peintre surréaliste, a aussitôt assuré qu'elle déposerait un recours contre cette procédure civile.

Des témoins

Son avocat, Enrique Blánquez, a pourtant assuré que l'histoire était "connue dans le village". "Il y a des témoins, s'il n'y avait une base de preuves minimales, cette décision n'aurait pas été prise", a-t-il plaidé.

Il a notamment évoqué un témoin qui travaillait pour Dalí et que le peintre payait, selon lui, pour enquêter sur les allées et venues de la mère de Pilar Abel.

Quand Salvador Dali arnaquait YoKo OnoRichissime et désespéré, Dalí a vécu ses sept dernières années reclus dans son château de Pubol, près de Gérone, au milieu d'une cour de soignants et de secrétaires.

Il n'est pas la première vedette mondiale dont le corps est exhumé en raison d'un test de paternité. Parmi d'autres, Yves Montand avait aussi été enlevé à la terre du Père Lachaise à Paris en 1998, six ans après sa mort. Une décision inédite à l'époque pour une telle vedette, qui a eu un retentissement mondial. L'analyse des empreintes génétiques exclut formellement tout lien de parenté entre le comédien et Aurore Drossart, qui prétendait être sa fille naturelle.

M.G.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon