En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Supertramp, l’Amérique sur un plateau

logo de Rolling Stone Rolling Stone 19/05/2017 La rédaction

En 1979, Supertramp enregistre l’album culminant de la carrière du groupe, Breakfast in America

© Fournis par Newsweb

Quiconque a connu les années 70 a forcément été bercé par la musique de Supertramp. En sortant en 1979 l’album Breakfast in America, Supertramp s’assure un succès mondial. Le 19 mai 1979, le groupe atteint même son premier numéro Un des charts aux Etats-Unis – Breakfast in America restera d’ailleurs le seul disque de Supertramp à atteindre ce niveau. Peut-être l’album le plus connu, certainement celui considéré à raison comme le plus réussi et structuré de la longue discographie de Supertramp, Breakfast in America contient plusieurs tubes absolus.

En 1978, Rick Davies et Roger Hodgson ont tous les deux des compositions quasi-abouties. Comme pour Even in the Quietest Moments… (1977) les deux chanteurs vont rassembler leurs créations pour finalement signer l’album conjointement. Davies et Hodgson ont la même idée, celle d’écrire un album divertissant. D’où l’idée de rebaptiser l’album initialement titré Hello Stranger avec une expression plus amusante, Breakfast in America. L’enregistrement se déroulera dans une bonne humeur idéale. Un état d’esprit qui se ressent tout au long de l’album. Les titres sont plus pop, plus légers que les anciens albums du groupe. Même l’excellente « Give a Little Bit » par exemple n’atteint pas l’esprit volontairement détendu de « The Logical Song ».

Un album largement fantasmé

Partiront du changement de nom décidé par Davies et Hodgson une série de théories concernant l’opus, toutes plus ou moins démenties par le groupe. Les fans de Supertramp restent pourtant persuadés que Breakfast in America est une satire de la société américaine. Cette impression sera accentuée par la pochette originale du disque qui met en scène l’actrice Kate Murtagh en habits de serveuse (la fameuse serveuse Libby) en lieu et place de la statue de la Liberté.

Supertramp, l’Amérique sur un plateau © Pochette de l'album "Breakfast in America" Supertramp, l’Amérique sur un plateau

Cette pochette deviendra d’ailleurs rapidement l’une des plus connues de l’histoire de la musique. Créée par l’homme aux mains d’or, Mike Doud – qui a également créé la jacquette de Physical Graffiti – elle alimente encore aujourd’hui une théorie complotiste selon laquelle l’album aurait prédit les attentats du 11 novembre 2001.

Louise-Camille Bouttier

Publicité
Publicité

Plus d'info : Rollingstone.fr

Rolling Stone
Rolling Stone
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon