En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Composition du gouvernement : le SMS mystère qui a «intoxiqué» TF1

logo de Liberation Liberation 19/05/2017 Cédric Mathiot
Le SMS de pronostics des membres du gouvernement a été reçus par de nombreux journalistes et politiques. © Fournis par Libération Le SMS de pronostics des membres du gouvernement a été reçus par de nombreux journalistes et politiques.

En début de semaine, un SMS à la provenance non identifiée a inondé les rédactions françaises, indiquant la composition du futur gouvernement. TF1 ainsi que plusieurs journalistes l'ont repris tel quel. Mauvais choix.

L’annonce d’un gouvernement, c’est toujours la garantie, dans les jours qui précèdent, d’hectomètres de tuyaux, plus ou moins percés, distillés par des «bonnes sources» ou des «sources sûres». Le plus souvent, ces bruits de couloirs se révèlent foireux. Qu’ils le soient dès le départ (inventions pures et simples, manip diverses) ou le deviennent, tant la nomination d’un gouvernement est un processus instable. Le premier gouvernement d’Edouard Philippe n’a pas échappé à la règle. Tout ce que la place de Paris compte de journalistes politiques a notamment reçu dès lundi un mystérieux SMS, censément bien informé, que TF1 et plusieurs journalistes ont repris tel quel. Et qui mérite après coup la palme d’or du pronostic foireux.

A Libé, plusieurs journalistes ont ainsi reçu le même message, le plus souvent de sources jugées fiables. Voilà par exemple ce que disait le SMS reçu lundi par une journaliste politique de Libé (d’un conseiller ministériel, l’ayant lui même reçu d'«une source du renseignement»).

«A PRENDRE AVEC PRÉCAUTION Mais d’après un contact voilà ce qu’il nous attend :Selon les premières indiscrétions :Edouard Philippe : PM. Collomb : intérieur. Bayrou : affaires étrangères. Goulard : affaires européennes. Anne Marie Idrac aux finances. Astrid Panosyan à l’emploi et aux affaires sociales. Le Drian à la défense. Axelle Tessandier à la culture. Arnaud Robinet à la santé. Corinne Lepage à l’éducation nationale. Christophe Castaner au développement durable. Jean Baptiste Lemoyne à l’agriculture et la réforme du territoire. Marianne Montchan aux sports. Thierry Breton à la nouvelle économie. Thibault Lanxade au commerce, artisanat, PME. Richard Ferrand aux relations avec le parlement. Jean Paul Delevoye à la justice.»

D’où vient le SMS ? Impossible de le savoir. Interrogé par Libération en début de semaine, Benjamin Griveaux, proche d’Emmanuel Macron, s’en amusait en jurant que les proches de Macron n’en étaient pas à l’origine : «Je l’ai reçu douze fois ! Aucune idée d’où ça vient.» Un ancien conseiller élyséen confessait l’avoir fait tourner : «Je l’ai reçu d’un lobbyiste. Il était crédible car assez équilibré. Ça faisait un gouvernement de vieux juppéistes, ce à quoi la droite avait envie de croire. D’où sa viralité.»

Nombreux journalistes aussi ont eu envie d’y croire. C’est le cas de la Tribune de Genève, ou encore du journaliste politique Michaël Darmon, qui s’est quasi exclusivement appuyé sur le SMS, pour dresser la liste du possible futur gouvernement, lors de sa chronique de lundi sur Sud Radio. Idem à la télé. Lors du JT de France 2 de lundi, le journaliste s’appuie en partie sur la liste du fameux SMS pour esquisser les contours du futur gouvernement.

Au même moment sur TF1, la chaîne reçoit Edouard Philippe. Le nouveau Premier ministre est accueilli par un sujet sur la possible composition du futur gouvernement… Un sujet dont il n’est pas très difficile de trouver l’unique source : si le conditionnel était utilisé, le journaliste de TF1 récite littéralement le SMS, n’omettant aucun des quinze noms.

Trente-six heures plus tard, patatras. Sur les 15 noms du SMS, seuls cinq sont dans la liste des 22 ministres et secrétaires d’Etat du premier gouvernement Edouard Philippe. Pire : un seul y est à la bonne place : Gérard Collomb, à l’Intérieur.

Ce qui pose quelques questions. La liste du SMS a-t-elle correspondu, lundi, à ce qui était envisagé à un moment… avant d’être invalidé par les changements ? S’agit-il d’un pur fake ? D’un enfumage de l’équipe d’Emmanuel Macron pour occuper le terrain et faire turbiner la droite ? La seule certitude, c’est que c’était une piteuse grille au loto sportif. A se demander, a posteriori, si ça a du sens de jouer.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon