Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

«La loi du plus fort doit céder devant l'intelligence collective»

logo de Liberation Liberation 02/12/2019 Maïté Darnault
Kingersheim, 30 novembre 2019. Forum Libération, insticts solidaires. public. © PAsacl BASTIEN Kingersheim, 30 novembre 2019. Forum Libération, insticts solidaires. public.

La solidarité doit être au cœur des transformations démocratiques et politiques. C'est le constat de cette première table-ronde organisée par Libération et le Réseau APA à Kingersheim.

Née d’une aspiration individuelle, d’une bonne volonté (c’est l’étymologie du mot bénévole), la solidarité ne trouve son sens qu’au sein d’un collectif. La famille, le quartier, l’association sont les premiers cercles de l’entraide. Mais comment la décliner à l’échelle de l’Etat-nation ? 

Pour Laurent Joffrin, directeur de Libération, la fraternité «n’est pas seulement un supplément d’âme», c'est «un objectif de l’action publique». «La loi du plus fort» doit céder à «la force et l’efficacité liées à la qualité et à la complémentarité des relations humaines, le respect de l’environnement, des organisations et des territoires», à une «intelligence collective» forte de ses «convictions partagées», souligne Denis Thomas, président du Réseau APA. Il faut, dit-il, «passer d’une société de biens à une société du lien». À ses côtés, l’ancienne ministre Marie-Anne Montchamp regrette un système de protection sociale préoccupé par sa seule solvabilité: «l’esprit d’entraide a pu disparaître au profit d’une logique assurantielle.»  Et d’ajouter: «Il ne faut pas oublier le temps de parole, de présence auprès des personnes âgées». D’où une indispensable «innovation politique» portée par les institutions et parties prenantes, un travail de proximité respectueux des mécanismes solidaires déjà existants. Pour Jo Spiegel, maire de Kingersheim et cofondateur de Place publique, cette forme de coopération est «au cœur de la rénovation démocratique» : «chaque personne est douée de solidarité, ce n’est pas seulement une question d’instinct mais aussi d’apprentissage, de pratique».

Pour Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, titulaire de la chaire «Humanités et santé» au Cnam, l’entraide participe d’un «besoin vital». «Il n’est pas seulement question de don et de contre-don. Les individus qui ne produisent pas de la solidarité tombent malades, c’est une vérité clinicienne.» L’entraide fait partie d’un «continuum des soins». Mais les assistantes de vie, les aides-soignantes sont «souvent des femmes de familles monoparentales, d’origine étrangère, qui gagnent le smic ou moins, ont des temps partiels subis plutôt que souhaités» avertit Luc Broussy, spécialiste du vieillissement et président de France Silver Eco. «Il faut voir au-delà des bons sentiments, il existe aujourd’hui des assignés à l’entraide».

Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon