Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Affaire russe : un an d'enquête du procureur spécial

logo de Le Figaro Le Figaro 16/05/2018 Julien Licourt
figarofr: Robert Mueller. © Andrew Harnik/AP Robert Mueller.

Aux États-Unis, Robert Mueller a été nommé il y a un an pour mener les investigations sur l'ingérence russe dans la dernière campagne présidentielle. Une vingtaine de personnes ont été inculpées.

«Chasse aux sorcières.» Donald Trump, l'a dénoncé plus d'une quarantaine de fois sur son compte Twitter depuis un an. L'enquête sur l'ingérence russe dans la dernière campagne présidentielle américaine ne serait donc, pour le président américain, que l'équivalent contemporain du maccarthysme. Avec dans le rôle des persécutés, l'entourage de Donald Trump, et dans celui du grand inquisiteur, le procureur spécial Robert Mueller. Ce dernier, désigné il y a tout juste un an, le 17 mai 2017, mène une enquête tambour battant. Il a déjà mis en accusation dix-neuf personnes et trois entreprises.

Depuis un an, Robert Mueller dispose de larges moyens pour ses investigations, ce qui ne manque pas d'agacer le locataire de la Maison-Blanche. Les décisions de Donald Trump ont pourtant indirectement conduit à la désignation de Mueller: en refusant la démission de son ministre de la Justice, Jeff Sessions, mis en cause et avait choisi de se récuser, et en limogeant le directeur du FBI, en charge de l'enquête russe. Le procureur spécial avait alors été désigné, afin de garantir le respect de la séparation des pouvoirs, pilier de la Constitution américaine, et garantir l'indépendance de l'enquête.

Trois groupes distincts semblent pour le moment émerger des investigations tentaculaires: les extérieurs, l'entourage et le clan Trump.

Dans le viseur du procureur, il y a treize Russes, accusés d'avoir fomenté un complot contre les États-Unis. Parmi eux, Evguni Prighozine, proche du président Vladimir Poutine. Il est soupçonné d'avoir été le financier du groupe ayant «pour objectif stratégique de semer la discorde dans le système politique américain». On leur reproche d'avoir tenté de faire pencher l'opinion américaine en faveur de Donald Trump via des campagnes menées sur les réseaux sociaux, ou encore en piratant des informations du camp démocrate.

Aux États-Unis, un informaticien baptisé Richard Pinedo a été mis en examen. Il n'a rien à voir avec l'équipe de campagne de Trump. Il avait trouvé un petit business lucratif: ouvrir des comptes bancaires américains à son nom puis les revendre à des acheteurs sur Internet. Les Russes se seraient ainsi servis de lui pour camoufler leurs manœuvres financières, sans qu'il ait sans doute conscience de ce qui se tramait réellement. Pinedo a plaidé coupable et a décidé de coopérer avec le procureur.

Robert Mueller s'intéresse à l'entourage immédiat de Donald Trump. Et en premier plan à Michael Flynn. Brièvement conseiller à la défense de Donald Trump, il a dû démissionner moins d'un mois après sa nomination. Il lui est reproché d'avoir passé deux coups de téléphone à l'ambassadeur russe à Washington, alors que l'Administration Obama était encore en place. Au cours de ces conversations, il aurait tenté d'infléchir les positions russes en échange d'une bienveillance de la future Administration Trump. Interrogé par le FBI, il avait dans un premier temps nié ces coups de téléphone, dont le renseignement américain avait pourtant la preuve. Il a plaidé coupable pour ses mensonges et a décidé de collaborer avec Robert Mueller.

Paul Manafort, ex-directeur de campagne de Donald Trump, et Richard Gates, son bras droit, son également mis en cause, accusés de complot contre les États-Unis et de fraude fiscale. Les deux ont travaillé comme lobbyistes pour l'ex-président ukrainien pro-russe, Viktor Ianoukovitch. Manafort avait dû quitter l'équipe de campagne de Trump lorsqu'avait émerger l'existence de commission occulte touchée du parti ukrainien pro-russe à l'époque où il travaillait en Ukraine. Somme qu'il aurait dissimulé dans divers paradis fiscaux. Il estime être innocent des accusations portées contre lui. Gates en revanche plaide coupable et a décidé de collaborer avec le procureur.

Le Néerlandais Alex van der Zwaan est le premier à avoir été condamné, à trente jours de prison, dans le cadre de cette affaire. Il avait plaidé coupable pour faux témoignage. Comme Manafort et Gates, il a travaillé pour l'ancien président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch. Il est lié par sa famille à l'un des hommes les plus riches de Russie. Il pourrait avoir servi d'intermédiaire.

George Papadopoulos, conseiller diplomatique de Donald Trump a également été accusé de complot contre les États-Unis. Il a plaidé coupable pour les mensonges qu'il a faits au FBI au cours de l'enquête. Il collabore pleinement avec le procureur.

Outre le rôle de chacun de ces protagonistes, l'enquête repose sur une question centrale: Donald Trump était-il au courant de l'ingérence russe destinée à favoriser son élection? Le procureur spécial n'a sans doute pas la réponse précise à cette question pour le moment. Mais nul doute qu'elle guide son travail. Robert Mueller souhaiterait interroger directement le président, quitte à le faire comparaitre devant un grand jury s'il refuse.

Une liste de questions qu'il souhaiterait poser au président américain a fuité dans la presse. Le procureur cherche ainsi à savoir quels étaient les rapports entre Donald Trump et Michael Flynn, l'éphémère conseiller à la défense, James Comey, le directeur du FBI renvoyé, et Jeff Sessions, le ministre de la justice qui s'est récusé. Le président a-t-il cherché à les influencer? A-t-il chercher à entraver l'enquête dont il faisait l'objet?

Outre le président, la Maison-Blanche s'inquiéterait actuellement pour deux membres de la famille du président: son fils, Donald Trump Junior et Jared Kushner, son beau-fils, qui pourraient tous deux être intervenus dans cette affaire russe. Il aurait notamment assisté à une réunion, le 9 juin 2016 à la Trump Tower, avec des émissaires du gouvernement russe. Il aurait alors été question de diffuser les informations volées dans les ordinateurs démocrates par des hackers russes.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon