Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Assassinat d'Arthur Noyer: des ossements retrouvés à côté du crâne

logo de L'Express L'Express 13/01/2018

Ces restes ont été retrouvés dans le cadre des recherches ménées autour du lieu où le crâne a été découvert en septembre dernier.

Les restes du corps du caporal Arthur Noyer auraient-ils été retrouvés? © Facebook Les restes du corps du caporal Arthur Noyer auraient-ils été retrouvés?

Serait-ce les restes du corps d'Arthur Noyer, le jeune militaire que Nordahl Lelandais est soupçonné par la justice d'avoir assassiné? Selon Le Parisien, des ossements ont été repérés par un hélicoptère de la gendarmerie près de l'endroit où des fragments du crâne du chasseur alpin avaient été découverts en septembre dernier.

Ces restes semblent être humains selon les informations du quotidien. Cependant, "l'aspect et la décoloration des os ne semblent pas correspondre tout à fait à ceux des débris du crâne", précise le journal. Si la proximité géographique laisse penser qu'il pourrait s'agir du corps du jeune militaire, il faudra attendre l'expertise et l'analyse complète de ces restes pour le déterminer.

Une enquête hors-norme

L'ADN d'Arthur Noyer avait été identifié sur "les restes d'un crâne humain" retrouvé début septembre sur un chemin de randonnée de la région. Nordahl Lelandais, un ex-militaire de 34 ans déjà soupçonné d'avoir enlevé et tué la petite Maëlys fin août en Isère, a été mis en examen pour son assassinat en décembre.

Les enquêteurs s'appuient sur des "indices graves et concordants" fournis par le bornage du téléphone du suspect et la présence de son véhicule sur les lieux de la disparition du militaire, a précisé le procureur lors d'une conférence de presse. Nordhal Lelandais a admis sa présence sur les lieux mais conteste l'ensemble des faits qui lui sont reprochés.

Après la double mise en examen de Nordahl Lelandais, les enquêteurs vérifient désormais "toutes les disparitions inquiétantes dans la région".

Publicité
Publicité

Plus de L'Express

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon