Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion d’une vidéo intime

logo de L’Obs L’Obs il y a 5 jours www.nouvelobs.com
© Copyright 2020, L'Obs

C’est un coup de tonnerre dans la campagne des municipales. Benjamin Griveaux, candidat investi par LREM pour les municipales à Paris, a annoncé vendredi 14 février retirer sa candidature.

« Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir une telle violence », a-t-il dit dans une déclaration enregistrée en début de matinée au siège de l’AFP, en présence de BFM Paris.

Depuis jeudi soir, une rumeur se propageait sur les réseaux sociaux sur une vidéo intime diffusée sur internet. Benjamin Griveaux avait annulé tous ses rendez-vous médiatiques ce vendredi et réuni son équipe de campagne. Il avait dévoilé jeudi son programme de campagne pour la ville de Paris.

Visiblement affecté et ému, Benjamin Griveaux a prononcé une brève allocution ce vendredi matin pour expliquer sa décision : « Lorsque j’ai annoncé ma candidature à la mairie de Paris, je connaissais la dureté de la vie politique. Depuis plus d’un an, ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort. Ce torrent de boue m’a affecté, mais il a surtout fait du mal à ceux que j’aime. Comme si cela n’était pas suffisant, hier, un nouveau stade a été franchi. Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir une telle violence. Je ne souhaite pas nous exposer davantage, ma famille et moi, quand tous les coups sont désormais permis. Cela va trop loin. C’est pourquoi j’ai décidé de retirer ma candidature à l’élection municipale parisienne. Cette décision me coûte, mais mes priorités sont très claires. C’est d’abord ma famille et puis c’est le projet pour Paris que nous avons construit et pour lequel nous nous sommes beaucoup battus. Aujourd’hui, ce projet, il vivra mieux sans moi. »

Le candidat a remercié ses équipes et conclut sur le fait que les Parisiens méritaient « une campagne digne ».

Son concurrent Cédric Villani lui a adressé son « soutien plein et entier » et a ajouté : « L’attaque indigne qu’il subit est une menace grave pour notre démocratie. »

Anne Hidalgo, quant à elle, a appelé « au respect de la vie privée et des personnes » dans une déclaration transmise à l’AFP.

Un activiste russe à l’origine de la vidéo

En marge de sa déclaration, Benjamin Griveaux a indiqué à l’AFP s’être entretenu tard jeudi soir avec le président Emmanuel Macron, qui l’a selon lui assuré de son soutien « quelle que soit sa décision » en l’invitant à protéger les siens.

Benjamin Griveaux menait une campagne municipale compliquée depuis plusieurs mois par la dissidence de Cédric Villani. Les derniers sondages le plaçaient à la troisième place derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati, avec 16 % des intentions de vote.

L’envoi de la vidéo compromettante a été revendiqué par un activiste russe, Piotr Pavlenski. Celui-ci a expliqué auprès de « Libération » : « C’est quelqu’un [Benjamin Griveaux, NDLR] qui s’appuie en permanence sur les valeurs familiales, qui dit qu’il veut être le maire des familles et cite toujours en exemple sa femme et ses enfants. Mais il fait tout le contraire. Ça ne me dérange pas que les gens aient la sexualité qu’ils veulent, ils peuvent même baiser des animaux, pas de problème, mais ils doivent être honnêtes. Mais lui veut être le chef de la ville et il ment aux électeurs. Je vis désormais en France, je suis parisien, c’est important pour moi. »

Piotr Pavlenski est connu pour ses happenings trash. BibliObs lui avait consacré un portrait en 2016.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon