Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Carrefour pourrait supprimer jusqu’à 3 000 emplois dans ses hypermarchés en France

logo de Liberation Liberation il y a 4 jours Franck Bouaziz

L’enseigne va réduire ses effectifs dans les rayons non alimentaires qui subissent la concurrence des magasins spécialisés et des sites de commerce en ligne.

Devant un magasin Carrefour à Sainte-Geneviève-des-Bois, près de Paris. © FRED DUFOUR Devant un magasin Carrefour à Sainte-Geneviève-des-Bois, près de Paris.

Un plan de suppressions d’emploi de plus pour Carrefour. Après le siège social qui a perdu 2 400 emplois et la fermeture des 273 magasins de hard discount Dia, le groupe vient de signer avec deux organisations syndicales, FO et la CFE-CGC un accord de rupture conventionnelle collective (RCC). Ce plan basé sur le volontariat permettra à la direction de supprimer jusqu’à 3 000 emplois. D’ores et déjà, 1 230 postes vont disparaître dans le cadre de la réorganisation de 46 hypermarchés Carrefour en France. Cette branche emploie aujourd’hui 60 000 salariés. La CGT a refusé de signer l’accord, tout comme la CFDT, qui considère par la voix de son délégué de groupe, Sylvain Macé, «que la notion de volontariat est limitée».

Ce sont tout particulièrement les rayons non alimentaires (électroménager, bijouterie…) qui vont être touchés par les suppressions de poste. «Ces profils qui ont une formation particulière ne seront pas reclassés dans les rayons boucherie ou poissonnerie», s’inquiète Sylvain Macé. Du côté de la direction, on assure néanmoins qu’il ne s’agit pas de remettre en cause le concept même des hypermarchés mais de le transformer, notamment en réduisant les surfaces de vente. Dans les 46 magasins concernés, 100 000 mètres carrés de rayons vont ainsi disparaître.

Guerre des prix

Les réductions de poste programmées par Carrefour interviennent moins d’un mois après la vente de 21 magasins annoncée par son concurrent Auchan, ce qui devrait toucher entre 700 et 800 salariés. Ces réductions de périmètres illustrent la santé plutôt chancelante de la grande distribution française. Elle doit faire face à une guerre des prix que beaucoup attribuent au concurrent Leclerc, mais également à la montée en puissance du commerce en ligne. Un domaine dans lequel les grandes enseignes françaises ont pris du retard, tout comme dans l’ouverture des «drives», ces entrepôts qui permettent aux clients de récupérer leurs commandes passées en ligne. Un domaine dans lequel Leclerc semble le seul à tirer son épingle du jeu.



AUSSI SUR MSN : Grande distribution : Lidl cartonne, Auchan s'enfonce

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon