Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Chut ! Les secrets les mieux gardés du Tout-Hollywood

Logo de Vanity Fair Par Vanity Fair Par Vanity Fair | Diapositive 1 sur 15: Le playback des pop-stars C’est connu désormais, mais quand Michael Jackson a commencé ses playbacks lors de ses performances live, personne ne savait la supercherie qui permettait au Roi de la pop de se déhancher au mieux sans s’essouffler. Mais le pic du scandale fut lors du Super Bowl de 1991 quand Whitney Houston osa entonner l’hymne américain, spécialement dédicacé aux soldats américains engagés dans la guerre du Golf, en mimant une version enregistrée. Non pas que les cordes vocales de la belle soient douteuses ; mais une ère du divertissement de prouesses réelles venait de définitivement s’éteindre. Et Beyoncé de renchérir, elle aussi en playback (hélas trahie par la fanfare qui faisait semblant… de jouer), dans sa version du National Anthem lors de la seconde investiture d’Obama, en 2013. Sans parler de Mariah Carey...

Le playback des pop-stars

C’est connu désormais, mais quand Michael Jackson a commencé ses playbacks lors de ses performances live, personne ne savait la supercherie qui permettait au Roi de la pop de se déhancher au mieux sans s’essouffler. Mais le pic du scandale fut lors du Super Bowl de 1991 quand Whitney Houston osa entonner l’hymne américain, spécialement dédicacé aux soldats américains engagés dans la guerre du Golf, en mimant une version enregistrée. Non pas que les cordes vocales de la belle soient douteuses ; mais une ère du divertissement de prouesses réelles venait de définitivement s’éteindre. Et Beyoncé de renchérir, elle aussi en playback (hélas trahie par la fanfare qui faisait semblant… de jouer), dans sa version du National Anthem lors de la seconde investiture d’Obama, en 2013. Sans parler de Mariah Carey...

© Getty

Plus d'info : Vanity Fair

image beaconimage beaconimage beacon