Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Fichage à FO: Pascal Pavageau sous pression

logo de BFMTV BFMTV 11/10/2018 Anne-Katell Mousset avec AFP

La révélation d'un "mémo" fichant plus d'une centaine de responsables de l'organisation syndicale met le patron de FO dans une situation délicate à quelques semaines des élections professionnelles de la fonction publique. Depuis son élection il y a 5 mois, de nombreux événements l'ont déjà mis en difficulté.

Relire la vidéo

Un document interne qui n’avait pas vocation à sortir dans la presse… Et pour cause, le fichier révélé par Le Canard Enchaîné mercredi dernier contient le nom de 126 responsables du syndicat FO qualifiés, au choix, de "niais", de "franc maçon" ou de "trop intelligent pour entrer au bureau confédéral". "Cet épais fichier a été constitué en octobre 2016 par des proches de Pascal Pavageau, le nouveau patron de FO, alors en lice pour remplacer Jean-Claude Mailly", explique l'hebdomadaire. Outre les qualificatifs souvent indélicats, on trouve aussi, à côté des noms, les mentions "apprécié par PP (Pascal Pavageau) ou "déteste JCM (Jean-Claude Mailly)".

Fichage à FO: Pascal Pavageau sous pression © ERIC PIERMONT / AFP Fichage à FO: Pascal Pavageau sous pression

La révélation de ce fichier intervient au pire moment pour le secrétaire général de FO, à quelques semaines d'une échéance cruciale. Les élections professionnelles dans la fonction publique ont lieu dans moins de deux mois et Force ouvrière doit convaincre, s’il veut maintenir sa place de premier syndicat des fonctionnaires.

Un fichier "sidérant"

Dans le monde syndical, des voix n’ont pas tardé à s’élever pour s’indigner de ces pratiques. En tête, Jean-Claude Mailly, l’ancien patron de FO qui, a-t-il expliqué mercredi, n’a "plus aucune relation avec Pascal Pavageau". L'ex-secrétaire général de FO s'est dit mercredi "sidéré" par les révélations du Canard. "C'est sidérant à la fois sur le principe, constituer un fichier, sans parler des annotations qui y figurent. On me dit que je suis traité d'homophobe, ce qui m'a fait sursauter", a-t-il réagi sur RTL. "C'est une procédure inacceptable qu'on condamne régulièrement syndicalement dans les entreprises quand ça existe", a rappelé Jean-Claude Mailly, qui ne saisira toutefois pas la justice personnellement parce qu'il "tient à (son) organisation". Il a jugé que "c'est révélateur de quelque chose" sur son successeur.

Interrogé à ce sujet mercredi sur CNews, le patron de la CFDT, Laurent Berger, a lui jugé que l'existence d'un tel fichier était "mauvaise pour l'image des syndicats". "Ce sont des pratiques que l'on condamne dans les entreprises, je trouve ça hallucinant dans une organisation syndicale. Ca regarde Force ouvrière mais ce que je peux vous dire c'est qu'à la confédération CFDT, ce style de pratique je ne le tolérerai jamais", a-t-il dit.  

De nombreuses dissensions à la tête du syndicat

Pascal Pavageau interrogé par le Canard Enchaîné, se défend en expliquant qu'il s'agissait d'une "belle connerie" et d'une "grave erreur". "Pour moi, c'était un mémo, de l'ordre de la prise de notes, mais je n'avais jamais vu ni avalisé le résultat, qui est truffé d'âneries, de raccourcis". Dans une lettre aux adhérents, il présente ses “excuses” pour un document qu’il n’a “ jamais avalisé”, mais il dénonce surtout une “tentative de déstabilisation de l’organisation, initiée par quelques détracteurs en interne”. 

Car à FO, la situation est tendue. L'équipe dirigeante qui se réunira lundi prochain aura un sujet de discussion tout trouvé. Tout comme la réunion de la commission exécutive, la direction élargie de l'organisation, programmée le 17 octobre, explique Les Echos qui relate de grande dissensions internes à la tête du syndicat. Frédéric Homez, le secrétaire général de la Métallurgie FO, la deuxième fédération du mouvement et chef de file du pôle réformiste, dénonce dans le quotidien une situation “inadmissible et impardonnable, un tel comportement est impensable à FO”. 

Ce "mémo" vient jeter de l'huile sur un feu déjà bien attisé à la tête de l'organisation syndicale. Alors que Pascal Pavageau a été élu il y a seulement cinq mois, le mandat du dirigeant a déjà été émaillé de plusieurs démissions, comme celle de Martine Derobert, la secrétaire générale de l'Association de consommateurs de FO, qui a dénoncé dans un courrier un "caporalisme arbitraire".

La gestion du fameux bureau confédéral, l'équipe dirigeante de treize personnes autour du secrétaire général, est aussi contestée en interne relate Les Echos. Pascal Pavageau mettrait sous pression les proches et soutiens de Jean-Claude Mailly, comme Michel Beaugas, chargé de l'assurance-chômage, ou Frédérique Souillot, de la fédération réformiste de la métallurgie. D'autres membres se seraient vu retirer leur dossier, ou seraient partis en arrêt maladie.

AUSSI SUR MSN: Pascal Pavageau : « Macron porte une vision sans valeurs républicaines »

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon