En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.
VIDÉO SUIVANTE
APL : les raisons de la réforme

Inscriptions : les universités débordées

Axel vient d'obtenir son bac, mais pour la rentrée prochaine, c'est toujours l'inconnue. "J'ai la pression, ma mère s'inquiète beaucoup, mon père aussi." Comme lui, sur les 808 740 candidats à l'admission post-bac, 86 969 n'ont toujours pas reçu de proposition, soit 10,75 %. Ce matin, des représentants d'un syndicat étudiant reçoivent et conseillent des bacheliers désorientés. Cet après-midi, la ministre de l'Enseignement supérieur engage une concertation avec les différents acteurs. Objectif, revoir les conditions d'entrée dans les universités et notamment en finir avec les tirages au sort dans les filières saturées. Des propositions opposées Pour les présidents d'universités, il faut introduire un système de prérequis, autrement dit sélectionner les candidats à leur entrée à l'université. Pour les syndicats étudiants en revanche, pas question de trier les bacheliers selon leurs compétences. Les propositions retenues cet après-midi pourraient être mises en place dès la rentrée 2018.
image beaconimage beaconimage beacon