En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La pilule miracle du stress post-traumatique

logo de Le Parisien Le Parisien 05/11/2016 Florence Méréo
Le Parisien: Pour les rescapés des attentats, leurs proches, ou le personnel soignant, le propranolol associé à des séances avec un psychologue permet d’atténuer les conséquences du traumatisme. © LP / OLIVIER CORSAN Pour les rescapés des attentats, leurs proches, ou le personnel soignant, le propranolol associé à des séances avec un psychologue permet d’atténuer les conséquences du traumatisme.

Au concert des Eagles of Death Metal, ils s'étaient placés devant la scène. Les deux copains de 27 ans ont survécu au funeste 13 novembre 2015, « profitant » d'un instant où les terroristes rechargeaient leurs armes pour s'échapper du Bataclan. « En sortant, l'un a dit à son ami : attends j'ai oublié mon manteau. Il était déjà dans une réaction de stress aigu qui lui a fait perdre son sens de la survie. Les mois suivants, ils ont développé un état de grande anxiété que l'on appelle stress post-traumatique », explique Bruno Millet, psychiatre à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.

Si le professeur parle au passé, c'est que les deux victimes vont mieux. « Spectaculairement mieux, même », corrige-t-il. Cet été, les deux jeunes gens ont été parmi les premiers à participer à l'importante étude clinique de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et du fonds de soutien à la recherche MDSAvenir, dont la présentation officielle a été faite hier, quelques jours avant la commémoration des attentats.

Une cinquantaine de patients — et 400 à venir — testent une nouvelle technique de soins. Non pas pour oublier les attentats mais pour en atténuer les conséquences psychiques pouvant aller du mutisme à des blocages, palpitations, troubles du sommeil, dépression...

« On interfère au moment où le souvenir passe de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme en atténuant son intensité, explique Alain Brunet, spécialiste du traumatisme à l'université McGill de Montréal et copilote du programme. On fait en sorte que le souvenir traumatique devienne un simple mauvais souvenir... Un peu comme le souvenir d'un ex-petit ami. »

Sans antidépresseurs

« On », c'est l'alliance d'un médicament et d'un psy. Le propranolol, comprimé antimigraineux, a démontré qu'il pouvait aussi atténuer la dimension émotionnelle d'un souvenir. Les patients suivis prennent ce bêtabloquant une heure (le temps d'agir sur le cerveau) avant leur rendez-vous avec leur psychologue. Avec ce dernier, la personne repense à son traumatisme et le met par écrit. Au bout de six séances identiques, son stress est censé avoir fortement diminué, comme pour les deux amis du Bataclan.

« ParisMem (le nom du programme pour Paris mémoire vive) montre qu'une communauté éprouvée peut se relever en quelques mois de ses séquelles psychotraumatiques, sans antidépresseurs, sans longue psychothérapie », s'enthousiasme le professeur Brunet.

Dans 15 hôpitaux de France, 130 médecins ont été formés depuis décembre. Lundi, les professeurs Brunet et Millet seront à Nice où l'horreur a frappé le 14 juillet. Ils iront ensuite former des médecins à Rouen, ébranlé après l'assassinat du père Hamel.

« C'est la plus grande étude sur le sujet au niveau international. Ses résultats seront utiles pour faire progresser la prise en charge des victimes d'attentat partout dans le monde », ne tarit pas d'éloges Martin Hirsch, le directeur général de l'AP-HP. Utile seulement en cas d'attentat ? « Non, ce procédé pourra être appliqué pour bien d'autres situations traumatisantes », assure Bruno Millet, que ce soit lors d'une agression, d'un accident de la route, d'un vol avec violence...

__________________________________________________________________________________________________

AUSSI SUR MSN : DAILYMOTION

Comment dépasser le stress post-attentat ?

Relire la vidéo

__________________________________________________________________________________________________

Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon