En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Politique - Législatives : les règlements de compte commencent chez les Républicains

logo de Le Parisien Le Parisien il y a 4 jours R.L.

Après le second tour des élections législatives, les langues se délient chez les Républicains. Les élus qui ont choisi de se rapprocher d'Emmanuel Macron sont très critiqués.

Le Parisien: ILLUSTRATION. Nadine Morano qualifie les Républicains qui se rapprochent d'Emmanuel Macron de «démolisseurs». © (LP/OLIVIER LEJEUNE.) ILLUSTRATION. Nadine Morano qualifie les Républicains qui se rapprochent d'Emmanuel Macron de «démolisseurs».

«Naïfs», «démolisseurs», «tireurs dans le dos»... les Républicains qui ont choisi d'être Macron - compatibles ont les oreilles qui sifflent après le second tour des élections législatives.

Dès dimanche soir, le secrétaire général de LR Bernard Accoyer a estimé que sans leur attitude, le parti aurait obtenu plus d'élus. Et ce lundi matin, le même refrain est repris par d'autres ténors. Ainsi, Eric Ciotti, qui a réussi à conserver son siège de député des Alpes-Martimes, a dénoncé sur France Inter ceux qui ont voulu «à la fois être dans un parti et dans un autre».

Morano : «Macron va bien les essorer et après les jeter»

«Si certains ne nous avaient pas tiré dans le dos, nous aurions une centaine d'élus de plus», a encore regretté Eric Ciotti. Un peu plus tard, sur France Info, c'est Nadine Morano qui a sorti la sulfateuse. «Ceux qu'on dit constructifs, sont surtout des naïfs supplétifs, je comprends pas pourquoi on les appelle constructifs car ce sont des démolisseurs de notre famille politique», a-t-elle taclé. Constructifs est le terme trouvé par Jean-Pierre Raffarin pour appeler les élus de droite prêts à travailler avec le président Macron. «Ils sont les artisans de la défaite de certains de nos amis parlementaires», a-t-elle lancé, estimant que Macron «allait s'en servir, bien les essorer et après les jeter». 

VIDEO. Morano s'en prend aux «naïfs» qui ont rejoint Macron

Relire la vidéo

«Les plus faibles d'entre nous sont partis, cédant à la tentation de rejoindre un gouvernement pour faire le contraire de ce qu'ils croient», a ajouté l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, s'en prenant encore à «ceux qui ont choisi leur destin personnel plutôt que de choisir le destin de la France». 

Accoyer : «Nous resterons unis»

Malgré cette ambiance, Bernard Accoyer a assuré qu'il «n'y aura pas d'explosion de LR». «Je pense que nous resterons unis», veut croire le secrétaire général. Il n'a pas exclu qu'il y aurait un «débat » sur le vote de confiance au gouvernement. 

Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon