Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Procès du meurtre de Sophie Lionnet : ce que le co-accusé a raconté à la cour

logo de leJDD leJDD 16/04/2018 Alexis Boisselier

Ouissem Medouni, co-accusé de meurtre de la jeune fille au pair Sophie Lionnet, s'est expliqué devant la cour. Il a nié être à l'origine de la mort tout en dépeignant le profil instable de sa compagne qu'il accuse.

Ouissem Medouni, co-accusé de meurtre de la jeune fille au pair Sophie Lionnet, s'est expliqué devant la cour. Il a nié être à l'origine de la mort tout en dépeignant le profil instable de sa compagne qu'il accuse. © Sipa Ouissem Medouni, co-accusé de meurtre de la jeune fille au pair Sophie Lionnet, s'est expliqué devant la cour. Il a nié être à l'origine de la mort tout en dépeignant le profil instable de sa compagne qu'il accuse.

Le procès sur la mort de Sophie Lionnet, ouvert à Londres depuis le 19 mars, a repris ce lundi avec le témoignage d’un des deux accusés. Ouissem Medouni est soupçonné avec sa compagne Sabrina Kouider d’avoir tué la jeune fille au pair dont le corps a été retrouvé calciné le 20 septembre dernier dans la banlieue de Londres. En anglais, ce Français de 40 ans a livré sa version des faits devant la cour criminelle et a nié avoir tué la jeune fille de 21 ans.

"Avez-vous causé la mort de Sophie Lionnet?", lui a demandé son avocat. "Non", a simplement répondu Ouissem Medouni. Début janvier, il avait pourtant fait parvenir à la cour un document dans lequel il évoquait la mort de Sophie Lionnet. Il y racontait que la jeune femme était morte noyée dans la baignoire, alors qu'il lui faisait subir un simulacre d'interrogatoire. Il était ensuite revenu sur ses propos juste avant le procès, affirmant qu’il avait tenu cette version pour protéger sa compagne. Depuis, il affirme qu’il aurait été réveillé par Sabrina Kouider dans la nuit du 18 au 19 septembre et qu’il aurait alors découvert le corps de Sophie Lionnet. Sa compagne présente elle le récit inverse et accuse Ouissem Medouni.

Il reconnaît avoir brûlé le corps

A la question de savoir s’il avait bien brûlé le corps de la jeune fille, il a cette fois répondu par l’affirmative. A l’époque, les pompiers alertés par des voisins intrigués par une importante fumée et une "horrible" odeur, avaient retrouvé le 20 septembre 2017 le cadavre de Sophie Lionnet carbonisé dans le jardin du couple de Français.

Devant la cour, Ouissem Medouni est aussi  revenu sur la relation qui l’unit à Sabrina Kouider. Il a expliqué l’avoir rencontré en 2001 à une fête foraine. "Elle était très, très belle" et "j'étais un peu timide", précise-t-il. Leur relation est par la suite entrecoupée de plusieurs ruptures et Sabrina Kouider a deux enfants avec deux autres hommes dont Mark Walton, fondateur irlandais du boys band Boyzone en 1993, qu’elle accusera ensuite d’avoir élaboré un complot avec Sophie Lionnet.

"Si je commençais à rigoler, elle devenait folle"

A la question de savoir qui dominait dans leur relation, Ouissem Medouni répond "elle". D'après lui, elle pouvait avoir "des hauts et des bas en l'espace de quelques secondes" et a fait plusieurs tentatives de suicide. Selon L’Est éclair, Ouissem Medouni a raconté le fait que sa compagne se réveillait la nuit en criant "sans raison". "Lorsque je lui demandais quel était son rêve, elle répondait qu'elle ne pouvait pas me le dire sinon ça allait arriver", a-t-il déclaré. "Si je commençais à rigoler, elle devenait folle."

Ouissem Medouni s'est lui-même décrit comme "généreux, travailleur, dévoué et ambitieux" et "jamais" violent envers sa compagne. Malgré tout, il est toujours revenu vers elle. "Je l'aime", a-t-il répondu, en précisant que c'était encore le cas. Le procès doit se poursuivre jusqu'au 11 mai.

(avec AFP)



AUSSI SUR MSN : Jeune fille au pair assassinée à Londres : la famille de Sophie Lionnet attend la vérité

Relire la vidéo

Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!


Publicité
Publicité

Plus d'info : Le Journal du Dimanche.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon