En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Pourquoi manger avant de dormir est une affreuse idée

logo de GQ GQ 11/10/2017 GQ
images.zip Caption 2 © GQ images.zip Caption 2

Il est scientifiquement prouvé que les aliments sont plus délicieux encore quand ils sont consommés entre 22h et 2h du matin. Ce qui est particulièrement vrai lorsqu'il s'agit d'une pizza à réchauffer au micro-onde, que vous préparez dans le confort de votre foyer et que vous mangez entièrement, et en une seule fois, trop content et impatient pour vous inquiéter à l'idée de vous brûler la langue (il est pourtant écrit derrière la boite qu'il faut attendre trois minutes avant consommation, vous devriez vraiment lire les instructions plus souvent).

Malheureusement, il est aussi un fait établi scientifiquement qui dit que cette pratique est, objectivement, très mauvaise pour vous. Dans le cadre d'une récente étude, des chercheurs du Brigham and Women's Hospital à Boston, dans le Massachusetts, ont demandé à 110 étudiants (à l'université) de leur dire ce qu'ils mangent et quand ils le mangent. Les résultats vont avoir des conséquences désastreuses sur votre penchant pour les food trucks ouverts tard dans la nuit (ou les kebabs, ou le McDo, ou les pâtes de la veille réchauffées) : les sujets avec les pourcentages les plus élevés en matière de graisse corporelle et d'IMC avaient consommé plus de calories dans les heures précédant le coucher, lorsque leur taux de mélatonine était le plus élevé. Fait intéressant, les scientifiques n'ont pas noté de relation entre le pourcentage de graisse corporelle et des variables comme la quantité de calories ou le contenu nutritionnel dudit repas (comprenez que dans ce cas précis une assiette de légumes aura probablement le même effet néfaste qu'une pizza).

L'équipe de scientifiques a émis l'hypothèse que l'effet thermique de la nourriture (TEF) – c'est à dire la quantité d'énergie dépensée lorsqu'on s'alimente – diminue pendant la nuit. Ce qui pourrait être à blâmer ici. Des études antérieures ont montré que les niveaux de TEF étaient plus faibles pour les mêmes collations lorsqu'elles étaient consommées aux petites heures du matin, plutôt qu'en fin d'après-midi ou même avant le coucher.

Il y a des limites très évidentes à cette recherche. La plus importante d'entre elles, bien sûr, est le fait que les sujets sondés étaient des personnes qui ont l'âge de faire des études, un groupe qui, comme les auteurs l'ont rappelé, "peut ne pas être représentatif de l'ensemble de la population en ce qui concerne les choix des aliments ou le choix du moment où ils sont consommés".

La pizza de fin de soirée a sa place dans toutes nos vies, mais soyez responsables quant à la fréquence à laquelle vous la mangez. Ce sera tout aussi bien si vous le gardez pour le déjeuner de demain (ou pour le matin, d'ailleurs, petit-déjeuner des champions oblige).

Par Jay Willis via GQ US.

Publicité
Publicité

Plus d'info : GQ

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon