En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Catalogne: le gouvernement espagnol évoque un possible retour au dialogue

logo de RFI RFI 06/10/2017 RFI

Alors que la Catalogne menace de déclarer l'indépendance de manière unilatérale, le gouvernement espagnol appelle ce vendredi 6 octobre les séparatistes catalans à dissoudre leur Parlement et à convoquer des élections dans la région pour surmonter la crise.

Le ministre de l'Education et porte-parole du gouvernement espagnol Inigo Mèndez de Vigo a laissé entendre que le dialogue avec l'exécutif catalan pourrait reprendre, lors d'une conférence de presse, à Madrid, le 6 cotobre 2017. © REUTERS/Javier Barbancho Le ministre de l'Education et porte-parole du gouvernement espagnol Inigo Mèndez de Vigo a laissé entendre que le dialogue avec l'exécutif catalan pourrait reprendre, lors d'une conférence de presse, à Madrid, le 6 cotobre 2017.

A l’issue du Conseil de ministres, le porte-parole du gouvernement espagnol, Inigo Mèndez de Vigo, a évoqué pour la première fois depuis le début de la crise catalane la possibilité d’ouvrir une fenêtre de dialogue avec les indépendantistes. « Il serait bon de commencer à refermer la plaie en passant par le Parlement de Catalogne par le biais des élections régionales », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Cette possibilité de négociation est donc envisageable seulement si l’exécutif catalan renonce à l’indépendance.

Dans les rangs des séparatistes, des voix discordantes à la feuille de route indépendantiste se font entendre pour la première fois depuis la tenue du référendum, rapporte notre correspondante à Madrid, Diane Cambon. Plusieurs membres du gouvernement régional ont suggéré de repousser la déclaration d’indépendance afin de prendre le temps de « faire bien les choses ».

L’annonce de plusieurs entités bancaires et grandes entreprises catalanes de délocaliser hors de Catalogne leur siège social fait en effet trembler les bases de l’économie locale. C'est notamment le cas de Gas Natural Fenosa, l'un des leaders mondiaux de l'approvisionnement en gaz naturel liquéfié, dont le conseil d'administration devait se réunir tard dans la soirée.

Depuis sa création au milieu du XIXe siècle, Gas Natural Fenosa a toujours été implanté à Barcelone. Mais l'incertitude qui règne autour d'une éventuelle déclaration d'indépendance de la Catalogne pourrait inciter le groupe à quitter la région et ainsi emboîter le pas à Banco Sabadell, cinquième banque espagnole et deuxième catalane, qui a annoncé hier le transfert de son siège social à Alicante. CaixaBank, première banque de la région et dont la filiale Criteria Caixa est l'actionnaire principal de Gas Natural Fenosa, pourrait faire de même.

De plus en plus d'entreprises envisagent ainsi de déménager. L'entreprise catalane de biotechnologies Oryzon a quant à elle d'ores et déjà décidé de suivre l'exemple du groupe d'alimentation diététique NaturHouse, parti pour Madrid dès le mois d'août.

Même si le leader catalan Carles Puigdemont a bien cherché à atténuer les conséquences d’un possible exil des entreprises catalanes, l’inquiétude grandit parmi la société. A cela s’ajoutent les prévisions pessimistes du Front monétaire international qui vient d’avertir d’un possible ralentissement de l’économie si le conflit catalan ne se résout pas rapidement. 

Publicité
Publicité

Plus d'info : RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon