En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Ce que cache la baisse record du chômage au Royaume-Uni

logo de Liberation Liberation 13/09/2017 Sonia Delesalle-Stolper

Le pourcentage de sans-emplois a atteint un plus bas depuis 1975, mais les salaires n'ont pas retrouvé le niveau d'avant la crise financière de 2008.

Elle n’a pas attendu très longtemps. A peine installée pour la séance hebdomadaire des questions au Premier ministre à la Chambre des Communes, Theresa May s’est empressée de souligner la bonne nouvelle de ce mercredi : le taux de chômage au Royaume-Uni a atteint 4,3% pour la période de mai à juillet soit officiellement le plus bas niveau depuis 1975.

Mais son triomphe a été de courte durée. Le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a immédiatement répliqué en rappelant que cette baisse du chômage s’accompagne d’un resserrement supplémentaire des salaires. Ces derniers ont en effet baissé de 0,4% lors de la même période, a indiqué l’Office of National Statistics (ONS).

Le tableau n’est donc pas aussi rose que voudrait le présenter le gouvernement conservateur. D’autant que l’inflation continue de grimper, notamment stimulée par la baisse de la livre sterling, qui a perdu environ 20% de sa valeur, depuis le référendum sur le Brexit le 23 juin 2016. L’inflation atteint désormais 2,9%. Ces chiffres, publiés mardi, sont au-dessus des prévisions. Les prix des carburants et des vêtements sont les plus affectés.

Depuis la crise financière de 2008, la flexibilité du marché du travail britannique a certes permis de limiter les pertes d’emplois. En revanche, si le marché a enregistré plus de 2,5 millions d’emplois supplémentaires par rapport à juste avant la crise de 2008, le niveau des salaires est toujours à 3,2% en dessous des niveaux de 2008, une fois les chiffres ajustés par rapport à l’inflation.

Cette différence entre un taux de chômage très bas et une progression des salaires nulle s’explique en partie par la multiplication des emplois précaires, comme les contrats zéro heure. Ces contrats, qui s’appliquaient à plus de 900 000 personnes en mars dernier, ne garantissent pas au salarié un minimum d’heures payées, mais le salarié doit être disponible à tout moment sous peine de perdre le contrat. Par ailleurs, les emplois indépendants (du type de chauffeur VTC) se sont également multipliés. Ces emplois permettent de sortir des individus des statistiques du chômage, mais sont, typiquement, peu ou mal payés.

Ce constat entraîne en partie un taux de productivité toujours très bas au Royaume-Uni, en dessous des niveaux précédant la crise financière de 2008. Pour la même raison, les recettes fiscales restent plutôt modestes alors qu’un taux de chômage aussi bas suggérerait en principe un dynamisme économique record.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Liberation.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon