En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Donald Trump, la menace d'une destitution grandit

logo de leJDD leJDD 20/06/2017 François Clemenceau

Trois dirigeants des services de renseignement devraient être entendus cette semaine. Donald Trump conteste les soupçons d’entrave à la justice.

Trois dirigeants des services de renseignement devraient être entendus cette semaine. Donald Trump conteste les soupçons d’entrave à la justice. © Reuters Trois dirigeants des services de renseignement devraient être entendus cette semaine. Donald Trump conteste les soupçons d’entrave à la justice.

C'est encore avec un tweet ravageur que Donald Trump a admis implicitement qu'il était sous enquête. Jeudi matin, le président des Etats-Unis y va de ses 140 signes : "Ils ont inventé une histoire de collusion avec les Russes, ont trouvé zéro preuve, alors maintenant ils se lancent dans l'entrave à la justice." Le lendemain, il récidive : "L'homme qui m'a demandé de virer le chef du FBI enquête désormais sur moi pour avoir viré le chef du FBI. Chasse aux sorcières!" Le raccourci est grossier.

Donald Trump va-t-il mettre fin aux fonctions du procureur spécial Mueller?

Aux yeux du chef de l'état, ce serait donc le ministre adjoint de la justice, Rod Rosenstein, qu'il a lui-même nommé pour seconder son fidèle Jeff Sessions, qui enquêterait désormais à charge contre lui pour entrave à la justice. Il sous-entend une forme de duplicité de Rosenstein puisque ce dernier a décidé de nommer un procureur spécial en la personne de Robert Mueller pour reprendre l'enquête menée jusqu'en mai par le patron du FBI, James Comey. Celui-ci, lors de son audition du 8 juin devant la commission du renseignement du Sénat, a explicitement admis qu'il avait considéré comme une "consigne" du président son "souhait", en tête à tête, de voir le FBI "laisser tomber" ses investigations sur le général Flynn, l'ancien conseiller à la sécurité nationale, soupçonné de collusion avec les autorités russes. Or le président évoque ouvertement dans son tweet de vendredi le limogeage de Comey. Enquêter sur l'éviction du patron du FBI revient à soupçonner le président d'avoir fait pression pour enterrer l'affaire russe.

Dans le Washington Post de mercredi, il est affirmé, sur la foi de sources concordantes, que le procureur spécial a décidé de convoquer cette semaine trois des chefs des services spéciaux : Dan Coats, le directeur du renseignement national ; l'amiral Rogers, patron de la NSA, et Richard Ledgett, ex-numéro deux de la NSA. Les deux premiers ont affirmé sous serment qu'ils "n'avaient jamais ressenti une pression" de la part du président dans le cadre de l'enquête sur la Russie. Mais Ledgett, avant qu'il ne quitte ses fonctions, a noté dans un mémo daté de la fin mars le compte rendu d'un coup de téléphone où le président aurait suggéré à Dan Coats de blanchir son équipe de campagne de toute collusion avec la Russie.

"L'affaire restera confuse tant que les interprétations des conversations entre Comey et le président n'auront pas été démêlées, si elles sont mensongères ou de bonne foi, et ce que signifient vraiment les accusations voilées ou explicites qui les accompagnent", estime Yannick Mireur, le fondateur de la revue Politique américaine. Depuis quarante-huit heures, la rumeur, voudrait que le président Trump mette fin aux fonctions du procureur spécial Mueller. Pas sûr que cet ancien marine et ex-patron du FBI à la réputation intacte se laisse intimider. Parmi les 13 personnes qu'il a déjà nommées dans son équipe, plusieurs sont des spécialistes des délits d'entrave à la justice, dont un ancien substitut qui avait travaillé dans le pool des enquêteurs… du Watergate. 

__________________________________________________________________________________________________

AUSSI SUR MSN : FRANCEINFO

Donald Trump : visé par une nouvelle enquête

Relire la vidéo

__________________________________________________________________________________________________

Le meilleur de MSN, sur mobile et tablette


Publicité
Publicité

Plus de leJDD

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon