Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Italie : Matteo Renzi a deux mois pour faire son come-back

logo de leJDD leJDD 03/01/2018 Garance Le Caisne
Matteo Renzi a repris la tête du Parti démocrate italien avec le slogan "in Cammino" ("en marche"). Les législatives du 4 mars donnent l’opportunité à l’ancien président du Conseil de se repositionner comme leader du centre gauche. © Reuters Matteo Renzi a repris la tête du Parti démocrate italien avec le slogan "in Cammino" ("en marche"). Les législatives du 4 mars donnent l’opportunité à l’ancien président du Conseil de se repositionner comme leader du centre gauche.

Matteo Renzi a repris la tête du Parti démocrate italien avec le slogan "in Cammino" ("en marche"). Les législatives du 4 mars donnent l’opportunité à l’ancien président du Conseil de se repositionner comme leader du centre gauche.

Les deux prochains mois risquent d'être tendus pour le Macron transalpin. La dissolution jeudi du Parlement, qui arrivait en fin de législature, a lancé l'Italie dans une campagne électorale incertaine. Les élections législatives se tiendront le 4 mars. Pour le moment, le Parti démocrate de Matteo Renzi est crédité de moins de 25% de voix. La coalition de centre droit de Silvio Berlusconi serait à 36%, et les populistes du Mouvement 5 étoiles dirigé par Luigi Di Maio, à 28%.

Mode de scrutin peu avantageux

Affaibli, le parti de Matteo Renzi paie l'usure du pouvoir après cinq années de gouvernement. L'ancien maire de Florence devra faire avec un mode de scrutin peu avantageux. La nouvelle loi, qui s'appliquera en mars, est à l'opposé de celle qu'il prônait avant sa démission du poste de Premier ministre il y a un an.

Le chef de file de centre gauche défendait alors un projet de loi électorale à forte empreinte majoritaire, afin de permettre au vainqueur d'obtenir la majorité et de pouvoir ainsi gouverner le pays. Le non au référendum pour la réforme de la Constitution en décembre 2016 a entraîné le retrait de ce projet de loi. Le prochain scrutin sera basé sur un système proportionnel avec une petite touche de majoritaire. Avec la dispersion des voix, il sera difficile à un des trois blocs, encore plus au Parti démocrate de Renzi, d'obtenir facilement une majorité claire au Parlement.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Le Journal du Dimanche.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon