En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Jusqu'où voulait vraiment aller le tueur de Las Vegas?

logo de Le Figaro Le Figaro 11/10/2017 Valérie Samson
figarofr: Des centaines de gerbes de fleurs ont été déposées au pied du célèbre panneau «Welcome to Fabulous Las Vegas» qui marque l'entrée dans la ville, en hommage aux victimes de la fusillade du 1er octobre. © STEVE MARCUS/REUTERS Des centaines de gerbes de fleurs ont été déposées au pied du célèbre panneau «Welcome to Fabulous Las Vegas» qui marque l'entrée dans la ville, en hommage aux victimes de la fusillade du 1er octobre.

Stephen Paddock avait fait feu sur un agent de sécurité de l'hôtel, le blessant à la jambe, dix minutes avant de tirer sur la foule. Des explosifs ont également été retrouvés dans sa voiture.

Les conférences de presse du sheriff du comté de Clark, Joseph Lombardo, se succèdent sans contribuer à clarifier les nombreux mystères qui continuent d'entourer la tuerie de Las Vegas, au cours de laquelle 58 personnes ont été tuées et quelque 500 autres blessées. Au contraire. Alors que les enquêteurs pensaient jusqu'à présent que le tueur, Stephen Paddock, avait cessé de tirer sur la foule à cause d'un agent de sécurité venu à sa rencontre, il semblerait que le tueur ait tiré sur celui-ci six minutes avant de retourner ses armes vers la foule en contrebas. C'est ce qu'a expliqué le sheriff lundi soir.

Le fil des événements serait donc le suivant: à 21h59, Paddock tire à travers la porte de sa suite, au 32e étage du Mandala Bay, sur Jesus Campos, un agent de sécurité, le blessant à la jambe. Il l'aurait repéré grâce aux caméras qu‘il avait disposé dans le couloir menant à sa chambre. Campos, qui était monté au 32e étage pour inspecter une porte signalée ouverte, donne l'alerte. Paddock ne commence à tirer sur la foule, qui assiste à un concert en plein air, qu'à 22h05, soit six minutes plus tard. La tuerie la plus meurtrière de l'histoire des États-Unis ne prendra fin que dix minutes plus tard, à 22h15, sans que les enquêteurs à ce stade ne comprennent pourquoi.

Des explosifs retrouvés dans sa voiture

Les premiers éléments avaient laissé penser que Paddock, 64 ans, s'était suicidé en entendant les forces de l'ordre arriver. Le sheriff Lombardo a esquissé lundi soir une nouvelle hypothèse: Paddock pourrait avoir initialement prévu de s'échapper après la tuerie. Les enquêteurs ont retrouvé des explosifs dans sa voiture, et Paddock avait apporté avec lui un équipement de protection. On sait également que lors de la fusillade, Paddock a tiré sur l'un des gigantesques réservoirs de kérozène de l'aéroport voisin, le McCarran International Airport, distant de seulement 350 mètres. Des cartouches ont été retrouvées sur place, a rapporté le Las Vegas Review Journal.

Les forces de l'ordre ont mis une heure à accéder à la chambre de Paddock après le début de la tuerie. Elles auraient été retardées dans leur progression par une porte de cage d'escalier, bloquée par Paddock, et par une desserte sur laquelle étaient visibles des câbles, et qu'ils ont pris pour une bombe. Il s'agissait en fait de la caméra de surveillance installée par le sexagénaire. Les policiers ont finalement trouvé l'agent de sécurité Campos, blessé, alors qu'elles se dirigeaient vers la chambre 135, où Paddock vient de se tirer une balle dans la tête. Les policiers l'ont retrouvé mort, gisant au milieu d'un impressionnant arsenal.

Cette nouvelle chronologie des événements pose une nouvelle fois plus de questions qu'elle n'apporte de réponse. Les enquêteurs ont à ce stade peu de certitudes, y compris sur les motifs du tueur. Ils sont en revanche désormais persuadés que Paddock a agi seul. Le sexagénaire, qui était un joueur invétéré, a été vu à au moins 200 reprises dans Vegas les jours précédant la tuerie. Toujours seul.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon