Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La Hongrie dénonce «une vengeance des politiciens pro-immigration»

logo de RFI RFI 12/09/2018 RFI
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

A Budapest, le chef de la diplomatie hongroise a été le premier à réagir au vote sanction des eurodéputés contre la Hongrie. Réunis ce mercredi à Strasbourg, les parlementaires européens ont décidé à une large majorité de recommander le déclenchement de l’article 7 contre la Hongrie.

Le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjarto le 12 septembre à Budapest. © REUTERS/Bernadett Szabo Le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjarto le 12 septembre à Budapest.

Avec notre correspondante à BudapestFlorence La Bruyère

Péter Szijjarto, le ministre hongrois des Affaires étrangères, n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Selon lui, le vote contre la Hongrie n’est qu'une « petite vengeance des politiciens pro-immigration qui dominent le parlement européen ».

Si la Hongrie a été sanctionnée, c’est parce qu’elle s’oppose à ceux qui veulent ouvrir en grand les portes de l’Europe aux réfugiés. Pas un mot sur les atteintes à la démocratie en Hongrie, les pressions sur les médias, la justice et les ONG constatées par les instances européennes. Le ministre n’a parlé que du péril migratoire.

Une stratégie voulue par Viktor Orban. C’est grâce à une virulente campagne anti-migrant qu’Orban a remporté les législatives hongroises en avril dernier. Il pense que la même stratégie de communication lui permettra de gagner les élections européennes dans huit mois.

En tout cas, plusieurs ONG hongroises ont salué le vote au Parlement européen. Pour le comité Helsinki, la décision des eurodéputés permettra de protéger les droits des citoyens hongrois. Et c’est un signal à tous les gouvernements qui veulent démanteler la démocratie.

Publicité
Publicité

Plus d'info : RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon