En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Coco : ce qu’on a appris sur le nouveau Pixar au Festival d’Annecy

logo de AllocineAllocine 17/06/2017 Thomas Imbert

Et si vous pouviez vous retrouver face à face avec vos ancêtres ? Après avoir imaginé ce qui se passerait si les jouets prenaient vie, si le monde était peuplé de voitures, s’il y avait vraiment un monstre caché dans le placard et si un petit rat voulait devenir chef cuisinier, les légendaires studios Pixar ont décidé de consacrer leur nouveau long métrage à la famille, à l’héritage entre les générations et aux liens qui nous rattache à ceux qui nous ont quittés.

© Disney / Pixar
Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

A l’occasion du Festival d’Annecy, les studios Disney/Pixar étaient présents pour leur présentation annuelle. Cette fois, les festivaliers ont pu faire plus ample connaissance avec ce qui s'annonce déjà comme la nouvelle pépite du studio… "Coco".Et si vous pouviez vous retrouver face à face avec vos ancêtres ? 


Après avoir imaginé ce qui se passerait si les jouets prenaient vie, si le monde était peuplé de voitures, s’il y avait vraiment un monstre caché dans le placard et si un petit rat voulait devenir chef cuisinier, les légendaires studios Pixar ont décidé de consacrer leur nouveau long métrage à la famille, à l’héritage entre les générations et aux liens qui nous rattache à ceux qui nous ont quittés.

Tout un programme, que le co-réalisateur Adrian Molina et la productrice Darla K. Anderson ont commencé à nous dévoiler lors d’une présentation exceptionnelle sur la scène de la grande salle Bonlieu, au Festival International du Film d’Animation d’Annecy…

Coco, de quoi ça parle ?

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz. Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

La scène qui nous a marqués

De nombreuses séquences inédites, parfois encore à l’état de story-board car le film est toujours en cours de production, ont été montrées au public. Pour ne rien gâcher de la surprise qui vous attend dans les salles en novembre prochain, nous ne parlerons que d’une seule d’entre elles, dont on peut avoir un bref aperçu dans les bandes-annonces du film : celle où Miguel se retrouve dans sa cachette secrète, avec son chien et sa guitare.

Eclairée par de nombreuses bougies qui la réchauffent des couleurs rougeoyantes propres au Mexique, la séquence est un petit bijou d’émotion, toute en simplicité, authentique et profonde. On y découvre le véritable petit musée en l’honneur de De La Cuz que Miguel a confectionné dans sa cachette, très semblable d’ailleurs à celui qu’avait créé WALL-E avec tous les objets qu’il avait pu collecter sur Terre. Le petit garçon, en visionnant pour la énième fois une vieille VHS de son chanteur préféré, tente de reproduire les mouvements de ses mains sur les cordes de sa guitare. Après cet instant de communion avec son instrument, il finit par décider de vivre au grand jour sa passion pour la musique.

Les grands thèmes du film

Les studios Pixar, que certains pourraient réduire à des animateurs de jouets, de monstres ou de petites voitures, n’ont en réalité jamais choisi de sujets simples. Chacun de leur projet, ludique et enfantin en apparence, cache en effet un discours beaucoup plus profond, universel, et finalement beaucoup plus adulte. Après avoir notamment exploré le monde de l’enfance, le passage à l’âge adulte, l’esprit humain et même la retraite, ils s’attaquent désormais à un thème d’envergure : celui des liens familiaux, et plus particulièrement de ceux qui nous rattachent aux ancêtres que l’on n’a pas connus. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le film se déroule au Mexique, pendant la traditionnelle Fête des Morts, qui permet aux familles de rendre hommage à ceux qu’elles ont perdus.

Coco serait-il donc le premier Pixar centré sur le thème de la mort ? Lorsqu’on pose la question à son réalisateur et à sa productrice, ils nous répondent qu’à leur avis, ce nouveau film célèbre au contraire la vie, la nôtre et celle de ceux qui nous ont précédés.

Le premier Pixar musical ?

Pas une comédie musicale, mais un film sur la musique. C’est ainsi que le réalisateur Adrian Molina décrit Coco. Rythmé par plusieurs chansons entrainantes (dont nous avons pu avoir un convainquant aperçu lors de la démonstration) et par les airs de la guitare de Miguel, le nouveau Pixar s’annonce en effet plus musical que jamais. A ses lumineuses couleurs et à ses fêtes traditionnelles, il faut donc ajouter les sonorités chaleureuses et joyeuses du Mexique au cocktail Coco.

Plus de diversité…

Impulsé par une idée de Lee Unkrich (Toy Story 3) et signé par ce dernier, Coco est également réalisé par Adrian Molina, qui a pu enrichir le projet de ses racines mexicaines. Un pas de plus vers la diversité des personnages et des équipes aux studios Disney-Pixar qui, à l’image de ce qui avait été fait l’an dernier pour Vaiana, ont mis un point d’honneur à engager de nombreux comédiens originaires du Mexique pour constituer le casting vocal de Coco.

(Re)découvrez la bande-annonce de "Coco"...

Publicité
Publicité

Plus de Allocine

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon