En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

De nouvelles raisons d’arbitrer ses investissements immobiliers vers l’étranger ?

logo de Boursier Boursier 13/09/2017

Altitude International Realty rappelle que les prix de l'immobilier en France ont progressé beaucoup plus vite que chez la plupart de nos voisins depuis 15 ans...

De nouvelles raisons d’arbitrer ses investissements immobiliers vers l’étranger ? © Fournis par Boursier De nouvelles raisons d’arbitrer ses investissements immobiliers vers l’étranger ?

Altitude International Realty, cabinet parisien de conseil spécialisé dans l’investissement immobilier aux Etats-Unis et au Canada, estime que la période actuelle est plus que jamais propice à des arbitrages des investissements immobiliers en dehors de nos frontières pour plus de sécurité et de diversification.

Cette recommandation paraît bien sûr normale pour une société qui se rémunère par des commissions sur les investissements immobiliers des français à l’étranger et sur  leur accompagnement dans cette démarche. Mais pour appuyer son point de vue, Altitude International Realty a passé en revue la question centrale de la cherté des prix de l’immobilier en France par rapport aux autres pays.

+70% à +90% de hausse des prix depuis 17 ans

Sans surprise, quels que soient les indices utilisés ou les périodes analysées, les études démontrent que les prix de l’immobilier français ont connu une augmentation spectaculaire depuis les années 2000. Les chiffres du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable ou encore ceux de The Economist  house-price index situent cette augmentation entre +70% et +90% à l’échelle nationale par rapport à leur tendance longue (en prenant respectivement comme bases les années 1965 et 1980).  En prenant les prix de l’immobilier rapportés au revenu par ménage, on obtient là aussi une augmentation de presque 70% depuis 2000.

La forte baisse des taux d’intérêt d’emprunt ces dernières années a modéré cette envolée mais est loin de l’avoir gommée. Les grandes agglomérations sont bien sûr beaucoup plus concernées avec l’exemple frappant de Paris où le m² en 2000 était de 2 740 €, soit 3 fois moins qu’aujourd’hui où il s’approche des 9 000 €.

Comparaison avec les autres pays

A part le Royaume-Uni, Altitude International Realty souligne que l’immobilier français est bien plus cher que ses voisins comme l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas ou les Etats-Unis qui ont vu les prix de leur marché immobilier augmenter dans de moindres proportions, de l’ordre de +10% sur une quinzaine d’années. Aux Etats-Unis ou en Espagne, des crises majeures ont en effet marqué la dernière décennie (crise des subprimes en 2008, sur-construction incontrôlée en Espagne) alors que l’immobilier français a été davantage épargné. Une différence qui plaide cependant en faveur de la France pour le statut défensif de son marché immobilier.

Altitude International Realty cite d’autres sources positionnant même les prix en Allemagne et aux Etats-Unis comme inférieurs à leur tendance longue (toujours rapportés au revenu disponible par ménage), de l’ordre de -5%. Enfin, des pays comme le Japon, la Chine ou Singapour ont vu les prix de l’immobilier baisser significativement ces dernières années. Quant aux pays où les prix de l’immobilier augmentent de manière substantielle comme  en Australie, au Canada ou en Suède, Altitude International Realty rappelle que ces envolées sont souvent propres à quelques agglomérations qui concentrent l’activité économique de ces pays comme Sydney, Melbourne ou encore Vancouver et Toronto au Canada.

Si cette analyse vous a convaincu, sachez que l’investissement immobilier aux Etats-Unis ou au Canada a des avantages fiscaux et bénéficie d’un marché locatif dynamique, avec à l’arrivée des taux de rentabilité souvent bien supérieurs à la France.

Publicité
Publicité

Plus de Boursier

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon