Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Pourquoi les Etats-Unis veulent-ils créer une "Force de l'espace"?

logo de BFMTV BFMTV 10/08/2018 David Namias

Une approbation du Congrès marquerait la naissance d'une sixième arme dans le dispositif militaire du pays. Pour l'instant, la défense spatiale relève de l'US Air Force. 

Impossible de rajouter un sixième côté au Pentagone, haut lieu du commandement militaire des Etats-Unis. © David B. Gleason - Wikipedia - CC Impossible de rajouter un sixième côté au Pentagone, haut lieu du commandement militaire des Etats-Unis.

Un air de "guerre des étoiles" si chère à Ronald Reagan règne à la Maison Banche. Donald Trump l'avait annoncé le 18 juin dernier, il veut voir la création d'une force spatiale, à même de défendre les intérêts des Etats-unis là-haut. Pour le président américain et pour son vice-président Mike Pence, dont le discours devant des militaires du Pentagone a exposé les grandes lignes du projet, "l'heure est venue d'établir la Force de l'espace des Etats-Unis". "La Force de l'espace, jusqu'au bout!", a ensuite immédiatement tweeté de son côté le président américain.

Mais pourquoi l'administration américaine veut-elle créer cette force spatiale? Déjà, parce qu'il est clair pour Trump et Pence, que l'espace est devenu "le prochain champ de bataille". 

Avant, la mise en place de cette sixième branche d'ici 2020, l'approbation du Congrès sera cependant indispensable. Des voix s'élèvent déjà pour contester les velléités présidentielles de "suprématie" spatiale. Le ministre de la Défense Jim Mattis a exprimé ses doutes dans une lettre adressée au Congrès. A défaut, un "commandement militaire" dédié ferait l'affaire, plaide-t-il. Le sénateur Bernie Sanders parle quant à lui d'une "mauvaise idée", alors que "nos concitoyens meurent par manque d'assurance-santé". Des élus démocrates évoquent aussi une idée "farfelue". 

Pour le médiatique astronome Neil deGrasse Tyson - qui veut s'inscrire dans les pas de Carl Sagan - cette Space Force n'est pas forcément une "idée bizarre". A CNN, il expliquait tout en affirmant n'avoir pas d'opinion arrêtée sur le sujet que "si on considère que l'armée, il y a 70 ans, a donné naissance à l'Air Force, lorsque nous avons réalisé que la technologie et les techniques de combat avaient évolué, alors il peut être censé de créer branche militaire autonome".

Quoi qu'il en soit, trois raisons plus pragmatiques éclairent la volonté de l'administration américaine d'établir cette Space Force. 

> Protéger les satellites

Sur quoi peut porter la menace? En attendant une exploitation commerciale des ressources spatiales, les satellites font l'objet de toutes les attentions. Communications, géolocalisation (le GPS est contrôlé par l'Air Force), observations, leur rôle est crucial pour toute force armée. Pas question pour les Etats-Unis de risquer une désorganisation des troupes au sol, ou dans les airs, à cause d'un sabotage de satellite.

Pour l'analyste Todd Harrison, directeur du Projet de sécurité aérospatial au Centre pour les études stratégiques internationales basé à Washington DC, interrogé par Global News, "il ne faut pas s'attendre à voir de sitôt des troupes américaines dans l'espace". "Tous les personnels resteront ici sur la terre ferme, mais l'activité concerne ce qui se passe dans l'espace", assure-t-il. Les cyberattaques sont vouées à rester pour longtemps encore le moyen d'atteindre les satellites, des matériels dont le fonctionnement est hautement automatisé.

Le spécialiste pose un autre problème: "Les Etats-Unis ont le plus à perdre à déclencher une 'attaque cinétique' contre un autre pays." En effet, les débris engendrés risqueraient tout autant d'endommager la flotte de satellites artificiels des Etats-Unis que ceux des autres nations spatiales.

> Tenir en respect la Chine et la Russie

Les Etats-Unis ont très peu goûté la démonstration de destruction par les Chinois d'un de leurs satellites en 2007, a rappelé Mike Pence. Selon lui, il s'agissait d'une "démonstration hautement provocatrice de la capacité croissante de la Chine à militariser l'espace". Peu de temps après, les Etats-Unis faisaient de même.

Autre crainte de militarisation de l'espace par la Chine, le pays aurait lancé un satellite très particulier, détaillait en 2016 Spaceflight101. Équipé d'un grappin, Aolong-1 est censé pourvoir agripper les débris spatiaux. Il est facile d'imaginer un usage détourné de cette technologie.

Les armes russes sont aussi inscrites dans la listes des sujets d'inquiétude des Etats-Unis. Mike Pence a également mentionné les projets russes de laser aéroporté et de missiles destinés à détruire les satellites américains. "Nos adversaires ont déjà transformé l'espace en domaine de combat", a-t-il noté.

> S'émanciper de la tutelle de l'Air Force

Dévolue jusqu'à présent à l'US Air Force, la défense du domaine spatiale changerait de main avec la création de cette sixième branche. Le vice-président a détaillé dans un tweet, les étapes d'autonomisation de cette nouvelle branche: 1, création d'un centre de commandement autonome; 2, création d'une force d'élite de l'espace; 3, création d'une agence de développement spatiale, 4, mise en oeuvre de la Force de l'espace.

Le congressman Mike Rogers, avait en juin expliqué à Space News la philosophie de cette démarche: "Je veux sortir l'espace de la bureaucratie de l'Air Force et de sa position subordonnée."

A contrario le ministre de la Défense retournait dans sa lettre au Congrès l'argument en ne voulant "pas ajouter un service séparé qui aurait vraisemblablement une conception plus étroite des opérations dans l'espace, voir un esprit de clocher". Avec à la clef, ajoutait-il, la création d'une nouvelle bureaucratie et de nouveaux coûts.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon