Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Syrie : l'Europe au secours des Kurdes ?

Ils ont combattu en première ligne contre Daech. Aujourd'hui, les Kurdes se sentent lâchés par la communauté internationale et en appellent à l'Europe. Directement menacée depuis l'annonce du départ des troupes américaines, la zone autonome, sans existence légale, qu'ils occupent dans le nord-est du pays, fait 35% du territoire syrien. L'étau se ressere, entre la zone kurde, et le régime de Damas. Une protection internationale ? Le 18 février, le président Erdogan a de nouveau agité la menace d'une intervention militaire pour déloger les Kurdes qui agissent de l'autre côté de la frontière. "La Turquie n'acceptera un pouvoir terroriste le long de ses frontières. Nous nous battrons coûte que coûte", a-t-il déclaré. De l'autre côté, le régime de Damas, en position de force, entend bien récupérer sa souveraineté sur la partie est du pays. Une zone stratégique, comprenant de nombreux puits de pétrole. Pragmatiques, les Kurdes ont tenté de négocier un statut d'autonomie. Mais dimanche encore, Bachar Al Assad a réitéré sa fermeté. "Personne ne vous protégera si ce n'est le gouvernement syrien. Personne ne vous protégera, si ce n'est l'armée syrienne", a déclaré le dictateur. Pour les Kurdes, le dernier recours serait ainsi l'Europe. Ils demandent le déploiement d'une protection internationale.

Plus de Franceinfo

image beaconimage beaconimage beacon