Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Poisson sans tête, crevette géante…ces drôles de créatures découvertes dans les abysses

Logo de ParisMatch ParisMatch | Diapositive 1 sur 30: Un Chaunax endeavouri.

Un Chaunax endeavouri.

Une équipe de scientifiques a mené une expédition dans les abysses dans le but d’en savoir plus sur ses occupants. Ils ont remonté des créatures mystérieuses.

Des araignées de mer aveugles, un poisson dénué de visage, des étoiles de mer circulaires… Voilà ce que recèle la pêche d’une expédition scientifique dans les abysses au large de l’est de l’Australie. Partis mi-mai, les chercheurs ont exploré pendant un mois avec des caméras, des sonars et des filets la noirceur totale des fonds marins d'une zone qui va de la Tasmanie aux côtes du Queensland, jusqu'à 4000 mètres de profondeur.

Le tout est opéré par 27 scientifiques à bord d'un navire de recherches «The Investigator», sous la direction de Tim O'Hara, un responsable de Museums Victoria, l'organisation gérant plusieurs musées du sud de l'Australie. Grâce à des câbles de huit kilomètres de long, l’expédition a remonté des créatures extraordinaires (à voir dans le diaporama). La rencontre la plus impressionnante a été celle d'un poisson donnant l'impression d'être dénué de visage qui n'avait plus été observé depuis 1873, quand l'expédition scientifique du HMS Challenger l'avait remonté près de l'actuelle Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Les abysses, un territoire inconnu

A de telles profondeurs, l'obscurité est totale et les créatures souvent dénuées d'yeux produisent leur propre lumière. Comme la nourriture est rare, les animaux sont souvent petits et se déplacent lentement. Beaucoup sont gelés et passent leur vie à flot, alors que d'autres ont des épines et des crocs féroces et attendent jusqu'à ce que la nourriture leur arrive. «Les abysses représentent l’habitat le plus vaste et profond de la planète, puisqu’ils couvrent la moitié des océans dans le monde et un tiers du territoire australien, mais ils restent l’environnement le plus inexploré sur Terre», explique Tim O'Hara dans un communiqué de presse.

Les données collectées devront permettre d'améliorer la connaissance et la compréhension des habitats abyssaux, leur biodiversité et la pression écologique qui s'exerce sur eux.

© Rob Zugaro

Plus d'infos : Parismatch

image beaconimage beaconimage beacon