Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Diffusion de vidéos intimes: "Griveaux est le premier, cela va continuer", affirme Piotr Pavlenski

logo de BFMTV BFMTV il y a 5 jours Salomé Vincendon

L'artiste russe revendiquant avoir publié les photos intimes attribuées à Benjamin Griveaux a laissé entendre sur BFMTV que d'autres publications du même acabit sur d'autres personnalités politiques suivraient. D'après son avocat, il se considère comme un militant luttant contre le pouvoir d'Emmanuel Macron.

Piotr Pavlensky, photographié le 14 février 2020, qui revendique les publications des images intimes attribuées à Benjamin Griveaux © Lionel Bonaventure - AFP Piotr Pavlensky, photographié le 14 février 2020, qui revendique les publications des images intimes attribuées à Benjamin Griveaux

Coup de tonnerre dans la campagne pour les élections municipales à la mairie de Paris: Benjamin Griveaux, tête de la liste LaREM, le parti de la majorité présidentielle, a retiré sa candidature vendredi matin. Cette décision a été prise à la suite de la diffusion mercredi soir sur un site d'une vidéo intime et de messages connotés adressés à une femme, qui sont attribués à l'ancien porte-parole du gouvernement.

La publication de ces contenus privés a été revendiquée par l’artiste subversif russe Piotr Pavlenski, qui a laissé entendre ce vendredi sur BFMTV que d'autres publications pourraient suivre: "Benjamin Griveaux est le premier participant de ce site. Mais ce nouveau média vient tout juste d'ouvrir. Cela va donc continuer".

Originaire de Saint-Pétersbourg, présenté comme "activiste", Piotr Pavlenski multiplie les performances spectaculaires où il pratique régulièrement l'automutilation. Il avait été condamné à un an de prison après avoir incendié une façade de la Banque de France à Paris, et s'était justifié en déclarant que "les banquiers ont pris la place des monarques".

"Il dit que c'est la première étape seulement"

D'après son avocat Juan Branco, c'est par activisme que Piotr Pavlenski a publié ces images: "Il a décidé de dénoncer par tous les moyens possibles la mainmise qu'exerce la Macronie sur le pouvoir politique. Il a fait ça dans un geste politique de rupture, il est en opposition", déclare-t-il sur BFMTV, avant d'ajouter, "il a un engagement, il dit que c'est la première étape seulement".

Ces publications sont un délit en France depuis 2016. Selon l'article 226-2-1 du Code Pénal, "porter à la connaissance du public ou d'un tiers tout enregistrement ou tout document portant sur des paroles ou des images présentant un caractère sexuel, obtenu, avec le consentement exprès ou présumé de la personne ou par elle-même", est passible de deux ans de prison et de 60.000 euros d'amende. Benjamin Griveaux a d'ailleurs fait savoir qu'il allait lancer des poursuites pour violation du respect de la vie privée.

Juan Branco assure avoir prévenu son client des risques encourus: "Je lui ai expliqué la législation française, j'ai voulu m'assurer qu'il était pleinement conscient des conséquences que cela pouvait avoir", assure-t-il sur BFMTV. "C'est en ayant toutes ses informations qu'il a décidé tout de même de continuer".

Contre les politiques "qui mentent à leurs électeurs"

Le site que Piotr Pavlenski déclare avoir créé revendique clairement sa fonction de diffusion d'images à caractère sexuel, spécialement de personnalités politiques. Pour l'instant, seul Benjamin Griveaux a été visé par des publications de cette plateforme.

Sur une des pages du site, on peut lire que les publications ne porteront que sur "une histoire, une correspondance, des photographies ou vidéos dans lesquelles des fonctionnaires et représentants politiques interviennent en tant qu'acteurs et créateurs de contenu à caractère sexuel ou pornographique".

Il est également inscrit que seuls "les fonctionnaires et représentants politiques qui mentent à leurs électeurs en imposant le puritanisme à la société, alors qu'ils le méprisent eux-mêmes", seront visés par les publications. C'est d'ailleurs avec cet argument que Piotr Pavlenski justifie la publication des images intimes attribuées à Benjamin Griveaux.

"Benjamin Griveaux c'est un candidat qui ment à ses électeurs et qui fait de la propagande puritaine, qui le préserve lui-même. C'est l'unique candidat qui a commencé sa politique avec de grands mensonges et une grande hypocrisie envers tous ses électeurs", a dit Piotr Pavlenski sur BFMTV. 



AUSSI SUR MSN : Retrait de Griveaux: Philippe «respecte» sa décision

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon