Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Nathalie Loiseau "prête" à être candidate aux européennes ? "Une bonne nouvelle" mais la liste est à "construire", réagit Edouard Phili...

logo de Europe 1 Europe 1 15/03/2019 Europe1 .fr

Relire la vidéo

Deux mois après le début du "grand débat national", le Premier ministre répond aux questions de Nikos Aliagas, d'Audrey Crespo-Mara et des auditeurs de 7h30 à 9 heures, vendredi matin.

Quel bilan tirer de la consultation nationale organisée en réponse au mouvement des "gilets jaunes" ? Vendredi 15 mars, dernier jour du "grand débat national", Edouard Philippe apporte de premiers éléments de réponse lors d'une matinale spéciale sur Europe 1, de 7h30 à 9 heures. Le Premier ministre répond aux questions de Nikos Aliagas, d'Audrey Crespo-Mara, de Jean-Michel Aphatie mais aussi des auditeurs d'Europe 1.

Les informations à retenir : 

Edouard Philippe est l'invité exceptionnel de la matinale d'Europe 1 de 7h30 à 9 heures

Le Premier ministre accueille la possible candidature de Nathalie Loiseau aux européennes comme une "bonne nouvelle"

Edouard Philippe l'assure : Christophe Castaner "a toute ma confiance", malgré la publication de photos privées

Deux mois après le début du "grand débat national", le Premier ministre répond aux questions de Nikos Aliagas, d'Audrey Crespo-Mara et des auditeurs de 7h30 à 9 heures, vendredi matin. © Europe 1-Marie Etchegoyen- Capa Pictures Deux mois après le début du "grand débat national", le Premier ministre répond aux questions de Nikos Aliagas, d'Audrey Crespo-Mara et des auditeurs de 7h30 à 9 heures, vendredi matin.

Nathalie Loiseau candidate ? "Une bonne nouvelle".  Edouard Philippe a d'abord été amené à réagir à la possible candidature de Nathalie Loiseau aux élections européennes. "Je suis prête à être candidate" aux élections européennes, a déclaré jeudi soir la ministre aux Affaires européennes Nathalie Loiseau, lors de "l'Emission politique" sur France 2. Le Premier ministre a accueilli cette annonce comme une "bonne nouvelle".

"C'est une excellente ministre, qui connait remarquablement bien ses dossiers. Elle a un sens politique très fin, c'est une femme extrêmement déterminée et combattante. Elle s'intéressait à cette question, aux enjeux de cette élection. Je ne suis pas surpris, c'est une bonne nouvelle, une bonne candidature", a détaillé le Premier ministre. Avant de préciser que la liste LREM pour les européennes n'étaient pas arrêtée. "Ce que nous souhaitons, c'est de faire une liste de rassemblement. La meilleure façon de faire une liste de rassemblement est d'avoir un fond de campagne capable de susciter le rassemblement. Et puis des candidats qui sont l'incarnation de ce rassemblement. On va construire une liste dans cet esprit", conclut Edouard Philippe.

Edouard Philippe défend les 80 km/h. C'est sans doute l'une des mesures qu'il a le plus appuyées depuis qu'il est en fonction à Matignon : depuis le 1er juillet dernier, sous l'impulsion Édouard Philippe, la vitesse sur les routes secondaires sans séparateur central a été limitée à 80 km/h. Vendredi, le Premier ministre a également été interrogé sur cette mesure impopulaire. "Les faits montrent que quand on a installé cette mesure, les résultats en termes d'accidentalité et de mortalité sur les routes ont été bons. Pardon : ils n'ont pas été bons, ç'a été les meilleurs enregistrés en France. Il n'y a jamais eu aussi peu de morts sur les routes", a-t-il rétorqué à notre éditorialiste Jean-Michel Aphatie, qui lui avançait le mécontentement d'une partie des Français vivant en zones rurales et directement touchés par cette mesure.

Christophe Castaner "a toute ma confiance". "Je ne lis pas la presse people, je n'ai aucun commentaire à faire sur la vie privée de Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur a toute ma confiance", a par ailleurs réagi le Premier ministre, après la publication par Closer et Voici de photos privées du "premier flic de France". Des photos d'une soirée à laquelle le ministre de l'Intérieur a participé le week-end dernier sont révélées par les deux hebdomadaires people, vendredi. "Il s'agit de ma vie privée et de ma famille, qui peut être respectée", a réagi Christophe Castaner auprès du Parisien. "J'ai rejoint une soirée, dans un cadre totalement privé, entre 23h30 et 2 heures du matin."

Réindexer les retraites sur l'inflation ? "J'entends le message". C'est une grogne de fond depuis le début du quinquennat Macron : les retraités expriment régulièrement leur colère face à la baisse de pouvoir d'achat qu'ils estiment subir depuis trop longtemps. Au cœur de ce ressentiment, il y a la désindexation des retraites sur l'inflation. Cette mesure touche seize millions de Français qui voient leur retraite bloquée alors que le coût de la vie continue d'augmenter. Un ras-le-bol qui se concrétise aujourd'hui dans le grand débat national : l'indexation des retraites est une des requêtes les plus formulées.

Interrogé vendredi sur Europe 1 par notre éditorialiste économique Axel de Tarlé, Édouard Philippe affirme "entendre parfaitement les remarques formulées par ceux qui touchent une petite retraite". "Pour eux, la désindexation est une vraie préoccupation", reconnaît le Premier ministre. À tel point que même au sein du gouvernement, le débat sur la réindexation a été ouvert par Gérald Darmanin ou Agnès Buzyn. "J'entends un certain nombre de voix qui demandent de réindexer, pour 2020, les petites retraites. Faire de la politique, c'est écouter, j'entends ce message", assure Édouard Philippe, qui ajoute attendre "l'appréciation parlementaire" pour se décider.

Sur le même sujet : Réindexation des retraites sur l'inflation : Édouard Philippe reconnaît "une vraie préoccupation" et "entend le message"

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus de Europe 1

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon