Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'association L214 dénonce «l'enfer» des cailles pondeuses

logo de Le Figaro Le Figaro 21/03/2019 Pauline Defoix


L'association L214 a mis en ligne ce jeudi une nouvelle vidéo choc pour dénoncer les conditions de vie des cailles en cages.

L'association L214, spécialiste de la dénonciation de la maltraitance animale, a mis en ligne ce jeudi une nouvelle vidéo dénonçant cette fois l'élevage des cailles en cage. La vidéo a été tournée dans la Drôme, dans une exploitation appartenant à l'entreprise Drôme Cailles, où une centaine de milliers d'oiseaux sont entassés dans des cages.

Plus de 80 cailles par mètre carré, les unes sur les autres, dans des cages remplies de poussières et aveuglées par une lumière artificielle 16 heures par jour pour stimuler la ponte: elles vivent dans des conditions déplorables. Ce confinement développe chez elles des comportements agressifs, assure l'association. En effet, on voit les cailles se déplumer entre elles. Cet entassement provoque également, selon L214, de nombreuses maladies comme des tumeurs, des déformations. Beaucoup meurent des suites de leurs blessures avant même d'avoir pondu.

«Aucune réglementation n'existe en France pour les cailles pondeuses»

Les cailles sauvages pondent entre 7 à 14 œufs par an contre 300 pour celles en cages. «Le problème, c'est qu'il n'existe aucune réglementation en France pour les cailles pondeuses» confie Brigitte Gothière, cofondatrice de l'association. Seul l'article L214.1 du Code Rural impose que «tout animal doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce», rappelle-t-elle. Une loi qui ne serait donc pas respectée. Sébastien Arsac, cofondateur de L214, a souligné dans Le Parisien que «l'élevage ne prévoit rien pour répondre aux besoins comportementaux des cailles, bien au contraire».

Pour faire avancer ce dossier, l'association souhaite au travers d'une pétition interpeller les internautes en «demandant aux supermarchés de cesser la commercialisation des œufs de bêtes élevées en cage». «100 % des œufs de cailles qu'on trouve dans le commerce sont des produits d'animaux en cage», affirme Brigitte Gothière.

«Un dossier va être monté pour définir les impératifs biologiques de cette espèce avec des scientifiques et des experts afin de déposer plainte contre ces éleveurs», nous confie-t-elle. «Mais nous savons que d'obtenir des avancées va être compliqué quand on voit que nous sommes toujours en attente de l'interdiction des cages pour les poules pondeuses.» 

Selon un sondage Ifop publié cette année, 98 % des Français considèrent qu'il est important de protéger les animaux d'élevages.

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon