En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Alpine A110 : l'héritière

logo de Autonews Autonews 09/03/2017 Niels de Geyer

Découvrez toutes les photos de la nouvelle Alpine en direct du salon de Genève Alpine A110 : l'héritière
Cette fois ça y est, Alpine est ressuscitée. La marque a levé le voile au salon de Genève sur la version définitive de la nouvelle A110, mais aussi sur sa fiche technique complète ainsi que ses premiers tarifs.

Esthétiquement , l'A110 n'a pas beaucoup évolué depuis les concepts Célébration (juin 2015) puis Vision (février 2016). On ne s'en plaindra pas tant les designers avaient su rester fidèle à la Berlinette éponyme tout en évitant les écueils du néo-rétro pur et dur. Outre l'allure du modèle de série, Alpine dévoile au salon de Genève l'intégralité de sa fiche technique, qui corrobore dans l'ensemble les rumeurs qui filtraient depuis deux ans. On a donc affaire à un petit coupé biplace de 4,18 m de long sur 1,80 m de large et 1,25 m de haut. Il est animé par un 1.8 turbo développant 252 ch et 320 Nm en position centrale arrière, associé à une boîte à double embrayage et sept rapports. Comme promis, le poids reste contenu, à seulement 1 080 kg. Alpine confirme un 0 à 100 km/h en 4,5 s, pour une vitesse de pointe s'élevant à 250 km/h sans le secours d'aucun appendice aérodynamique.

L'A110 peut être paramétrée selon trois modes Normal, Sport et Track qui modifient à la demande la cartographie moteur-boîte, les réglages de la direction, du contrôle de trajectoire ainsi que la sonorité de l'échappement. Même si elle mise avant tout sur le plaisir de conduire ("en particulier sur les routes de montagne") , la nouvelle Alpine ne sacrifie pas tout au sport. Son habitacle épuré se veut ainsi accueillant et haut de gamme, et son compromis de suspension tout à fait vivable au quotidien, promet la marque. Dans le même ordre d'idées, l'A110 dispose de deux coffres, l'un de 100 l à l'avant, l'autre de 96 l à l'arrière.Une A110 Première Edition, limitée à 1955 exemplaires en hommage à l'année de la fondation de la marque par Jean Rédélé, a été commercialisée au mois de décembre 2016 à 58 500 euros.

Disponible en bleu Alpine, noir Solaire ou blanc Profond, elle se distingue par une dotation incluant notamment des jantes Fuchs 18" noir mat, des sièges monocoque Sabelt en cuir matelassé, un système audio Focal spécifique, un échappement sport et une cocarde tricolore dans l'habitacle et sur la carrosserie. Inutile de se précipiter, toutes les conduites à gauche ont trouvé preneur en cinq jours.   Même inférieur à celui de cette version suréquipée, le prix d'accès devrait donc se situer un peu au-dessus des premières promesses du constructeur, et être ainsi comparable à celui d'une 718 Cayman (53 960 euros en boîte manuelle, 56 810 en PDK) à la définition décidément assez proche et au blason autrement établi. Il ne tient qu'à la nouvelle Berlinette de convaincre les indécis sur la route.Les premières livraisons de l'A110, produite dans l'usine historique de Dieppe, interviendront fin 2017. Elle sera distribuée dans 60 points de vente européens triés sur le volet, dont le premier ouvrira fin mars 2017 à Boulogne-Billancourt.   

Publicité
Publicité

Plus d'info : Autonews

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon