Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Essai Jaguar XE (2019)

On est allé essayer la nouvelle Jaguar XE. Pour moi, ce n’est pas une nouvelle voiture, mais plutôt un restylage, notamment visible à l’extérieur par une calandre plus large, de nouvelles jantes et un arrière un peu retouché. A l’intérieur, on remarque de nouvelles commandes de climatisation sur les versions hautes avec des commandes tactiles reprises des modèles plus haut de gamme de la marque. On a essayé la version haut de gamme de la XE en essence, à savoir une P300 AWD. Auparavant sur la XE, le haut de gamme était un V6. Normes environnementales obligent, Jaguar a opéré un downsizing et a remplacé ce V6 par un 4 cylindres 2 litres turbo. La voiture y perd beaucoup en charme, pas forcément en performances parce que ce moteur marche très bien, est plein à tous les régimes, est bien relayé par une boîte auto à 8 rapports. Mais on y perd beaucoup en relief, en sonorité. Ça lisse le caractère de la XE et c’est vraiment dommage. Mais du coup les émissions de CO2 sont à partir de 167 g/km, ce qui abaisse le malus à un peu plus de 4000 €. C’est une somme qu’il faut ajouter au prix d’une P300 qui démarre aux alentours de 54000 €. Avec le malus et quelques options, on se retrouve avec une berline 4 cylindres essence aux alentours de 60000 €, ce qui paraît élevé, surtout qu’avec ce changement de moteur, la voiture perd de son charme : ce n’est pas vraiment une Jaguar puisqu’elle n’apporte pas grand-chose par rapport aux modèles allemands qui sont motorisés par des mécaniques équivalentes. A eux, on ne reproche pas ce manque de noblesse, mais d’une Jaguar, c’est plus embêtant. Malgré ce changement de motorisation, cette XE reste une berline globalement sympathique à conduire grâce à son châssis : c’est une voiture très équilibrée, bien suspendue aussi, avec un très bon compromis confort/comportement, et un comportement relativement dynamique avec cet équilibre naturel de propulsion, un train avant bien guidé et un essieu arrière qui a tendance à enrouler la courbe sans que ça devienne scabreux. En dehors de la mécanique, il y a un certain relief, un certain caractère qui se dégage de cette voiture.
image beaconimage beaconimage beacon